Nos 5 conseils bidons au XV de France pour être sûr de taper les All Blacks

RUGBY
RECETTE - Avec les légendaires victoires des Bleus sur les Blacks en Coupe du monde (1999 et 2007), le XV de France a largement de quoi s'inspirer pour renouveler l'exploit samedi en quart de finale (21 heures). Voici quelques conseils à suivre (ou pas...) pour les aider à l'emporter et poursuivre leur Coupe du monde.

 Surtout ne rien changer
Pas partis pour faire la révolution, les joueurs du XV de France semblent vouloir conserver le plan de jeu qu'on a vu depuis 4 ans... "Il n’est pas question de tout changer par rapport à notre stratégie, a même déclaré l’ailier Brice Dulin. On ne va pas tout réinventer en cinq jours !" Jouer petit bras comme on le fait, c'est risqué, surtout face aux Blacks, mais ça peut payer. Car d'ici samedi, les critiques vont continuer à pleuvoir, ce qui pourrait piquer au vif les Bleus et les inciter à montrer que tout le monde se trompe, sauf eux.

 Surtout rester outsider
Très clairement, personne ne voit les Français battre les Néo-Zed samedi à Cardiff. Et ça ne les dérange pas, car comme le dit si bien Philippe Saint-André : "On n'est pas favoris mais quand on est français, ce n'est jamais bon d'être favoris". C'est la fameuse théorie du sportif français brillant quand il est au pied du mur. Les Bleus l'ont d'ailleurs oubliée face à l'Irlande, tout occupés qu'ils étaient à ironiser sur la supposée supériorité de leur adversaire. Qui s'est finalement confirmée... 

 Surtout ne rien préparer pour le haka
Les héros de 1999 avaient chanté une Marseillaise anticipée à Twickenham, ceux de 2007 avaient soufflé à la figure des Néo-Zed à Cardiff, mais les Bleus de 2015 n'ont visiblement pas envie de se prendre la tête avec ça. "On n'est pas obligés", justifie à raison Sébastien Tillous-Borde qui de toute façon ne sera sans doute pas sur la feuille de match samedi. "En 2011, t'as fait le V et tu ne l'as pas gagnée la finale..." , note de son côté Maestri, qui oublie quand même de préciser qu'on n'était pas loin (8-7) et qu'en plus, on s'est fait voler par l'arbitre.

 Surtout se repasser en boucle la victoire de 2007
Autant 1999 (43-31) était un succès plein de maîtrise et d'ambition dans le jeu, autant celui de 2007 (20-18) ressemble beaucoup plus à un miracle. Car si l'on est objectif et que l'on regarde la physionomie de ce match, le XV de France n'aurait jamais dû l'emporter, surtout avec seulement 28 % de possession de balle. Pire, c'est surtout grâce à un en-avant pourtant flagrant, qui a échappé à l'arbitre (Wayne Barnes), que Yannick Jauzion a inscrit l'essai de la victoire. Bref, les Bleus de 2015 et Thierry Dusautoir ont raison quand ils disent "on n’a pas besoin d'aller chercher ce qui a été fait avant", mais 2007 leur montre tout de même que tout est possible.

 Surtout être menés à la mi-temps
Si l'on regarde de près les scénarios des victoires face aux All Blacks en Coupe du monde, une tendance apparaît : les Français ont toujours été menés à la pause : 17-10 en 1999 puis 13-3 en 2007. Une sorte de stratégie pour faire croire aux Néo-zélandais qu'ils ont bien le match en main, afin de mieux les surprendre en seconde période. C'est d'ailleurs ce qu'ont cru faire les hommes de PSA dimanche contre les Irlandais. "Même s'ils étaient devant à la pause (6-9), on pouvait penser que ça allait ensuite tourner, estime encore Tillous-Borde. Mais c'est l'inverse qui s'est produit". Une technique à utiliser avec précaution, donc, surtout si c'est pour déclencher une nouvelle colère de PSA dans le vestiaire.

À LIRE AUSSI 
>>  Les All Blacks "respectent" les Bleus mais n'en ont "pas peur"
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter