Pourquoi le XV de France va avoir du mal à surprendre à nouveau les All Blacks

Pourquoi le XV de France va avoir du mal à surprendre à nouveau les All Blacks
RUGBY

MÉFIANCE – Pas arrivés en conquérants en Angleterre, les Néo-zélandais ne cachent pourtant pas leur ambition de se succéder à eux-mêmes au palmarès de la Coupe du monde mais sans en faire des tonnes. Surtout pas contre le XV de France qui leur a déjà joué des tours par le passé.

On ne peut pas tromper une personne mille fois... si, si on peut tromper mille personnes une fois... euh mille fois... non, on ne peut pas tromper une fois mille personnes.... Bref, on ne sait plus bien, mais une chose est sûre, les All Blacks n'arriveront pas en terrain conquis au Millennium Stadium de Cardiff, tombeau de leurs illusions lors du quart de finale de la Coupe du monde 2007 perdu face aux Bleus (18-20). "Cela a été une grande déception, mais encore une fois, c'était il y a huit ans, rappelle Richie McCaw, présent à l'époque comme son compère Daniel Carter. Nous avons appris des erreurs de ce match, qui nous a peut-être aidés à devenir ce que nous sommes actuellement". 

"Il faut se préparer à tout"

Quatre ans plus tard, les hommes de Graham Henry n'ont en effet pas laissé passer l'occasion d'être sacrés champions du monde sur leur terre, même face à un XV de France accrocheur mais un peu trop naïf en finale (8-7). Il faut dire que pendant toute la préparation de cet événement historique pour la Nouvelle-Zélande, le sélectionneur, qui s'est retiré juste après avoir été sacré et a laissé sa place à Steve Hansen, avait prévenu ses troupes : "Il faut se préparer à tout". Traumatisé par ce 6 octobre 2007 et cette victoire incompréhensible des Bleus sur les Kiwis (les Français n'ont eu que 28 % de possession de balle pendant la rencontre), Henri avait même pensé que le quart de finale avait été truqué, notamment sur l'en-avant de Frédéric Michalak lors du dernier essais français.

Pas de complot anti-Blacks, pourtant, juste la meilleure équipe du monde qui, trop sûre de sa force, n'avait pas su se mettre à l’abri d'un aléa de jeu. On ne les y reprendra donc plus et, dans la même veine que son prédécesseur, Hansen n'a eu de cesse de répéter combien il fallait se méfier des hommes de Philippe Saint-André, surtout quand ils sont mal en point. "Parfois, on se demande quelle équipe va se présenter sur le terrain, a-t-il expliqué dans la semaine. Mais la plupart du temps, ils répondent présent et quand c’est un gros match, ils sont toujours là." Les All Blacks ne seront donc pas surpris. 

À LIRE AUSSI 
>> On sait déjà comment le XV de France va taper les Blacks
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent