Rugby : Boudjellal demande à Saint-André de le faire rêver

Rugby : Boudjellal demande à Saint-André de le faire rêver

DirectLCI
MOTIVATION - Ancien président de Philippe Saint-André, passé sélectionneur du XV de France, Mourad Boudjellal est revenu sur l'équipe de France et son ancien protégé samedi soir après la victoire de Toulon. Il l'exhorte à ''arrêter de subir'' et lui demande d'adopter l'attitude d'un champion du monde, ''car il va être champion du monde''.

Mourad Boudjellal est un homme aussi vindicatif quand il s'oppose que passionné quand il supporte. Le président du RC Toulon, par ailleurs PDG d'une maison d'éditions de bande dessinée, est devenu un personnage incontournable depuis qu'il est arrivé dans le monde du rugby en 2006. Et tout est bon, selon lui, pour motiver ses joueurs avant un match, que ce soit avec la musique Hells Bells d'ACDC pour accompagner l'entrée de ses hommes sur le terrain, ou avec le "Pilou Pilou" qui chauffe tous les week-ends le stade Mayol.

Samedi, plutôt satisfait de la large victoire des siens devant Oyonnax (64-10, plus grosse gifle de la saison en Top 14), le Varois s'est à nouveau invité en conférence de presse. Cette fois pour crier son amour pour le XV de France, sérieusement critiqué après la défaite au pays de Galles la semaine dernière . Et surtout pour soutenir son sélectionneur, Philippe Saint-André, ancien entraîneur de Toulon. Alors pendant une minute, Boudjellal s'est lancé dans une tirade, le regard décidé et laissant transparaître l'émotion d'un gamin qui rêve en bleu.

''Philippe Saint-André va être champion du monde, il doit en avoir l'attitude''

''J'ai quand même un dernier message à dire à Philippe Saint-André car j'aime beaucoup l'équipe de France, qui va joueur en Ecosse, et j'aime beaucoup Philippe Saint-André. Mais je veux qu'il nous fasse rêver ! Il faut qu'il arrête de subir, d'aller en conférence de presse avec la tête sous le sac quand on a perdu. Il doit arrêter de dire que les joueurs ont trop joué car il leur donne lui-même des excuses pour ne pas être bons. Qu'il arrête de dire 'je n'ai pas assez de choix à tel poste' parce que les joueurs ont l'impression qu'ils sont choisis par dépit et pas parce qu'ils sont bons.''

Plus penché encore sur le pupitre, le poing rageur qui martèle la table, le président toulonnais ne s'est pas arrêté là. ''Je veux voir un Philippe Saint-André qui survole, qui est au-dessus de son groupe. Qu'il envoie du bois, qu'il devienne optimiste. Il est au-dessus, il va être champion du monde et dès aujourd'hui, il doit avoir l'attitude d'un champion du monde. Et si on perd en Ecosse, c'est pas grave, on va être champion du monde. C'est le message qu'il doit faire passer à ses joueurs.'' Sinon, Boudjellal se fera un plaisir de les motiver lui-même.

Lire et commenter