Six nations - Fofana : "Lire ce qu’on dit de nous, ce serait perdre du temps"

Six nations - Fofana : "Lire ce qu’on dit de nous, ce serait perdre du temps"

RUGBY
DirectLCI
RUGBY - Le XV de France se déplace en Irlande, samedi, une semaine après sa victoire poussive face à l’Ecosse (15-8). Conscient des limites actuelles des Bleus, Wesley Fofana jure pourtant ne pas prêter attention à ce qui se dit autour de son équipe.

C’était ‘’loin d’être une copie parfaite’’ face à l’Ecosse. Le constat est de Damien Chouly , le troisième ligne de l’équipe de France, après la victoire des siens dans le premier match du Tournoi. Depuis, la médiocrité des Bleus a été déplorée et expliquée par les spécialistes, conscients qu’il faudra autre chose lors de la Coupe du monde en septembre prochain.

Mais ça, Wesley Fofana n’y prête pas attention. Si sur le terrain, le centre apprécie le contact, avec les médias, il est plutôt dans l’esquive. ‘’Il y a vous, les journalistes, qui dîtes ce que vous avez à dire. Puis il y a une barrière et nous de l’autre côté, dessine-t-il avec ses mains encore strappées de l’entraînement. Tout cela le nous fait rien.’’

‘’Aujourd’hui, ce n’est plus le même rugby’’

Les Bleus sont pourtant conscients que leur jeu est tout sauf étincelant. ‘’On analyse nos matches, on regarde ce qu’on a fait de bien ou pas, et on essaie de progresser. Mais lire ce qu’on dit de nous, ce serait perdre du temps. Si vous parlez de nous en bien tant mieux, sinon tant pis’’, reprend le Clermontois, lui-même lucide sur ses performances.

Mais Wesley Fofana prévient. Vincent Clerc avait inscrit un essai somptueux en 2007 à Dublin pour battre les Irlandais chez eux, comme vont tenter de le faire les Bleus samedi ? ‘’Aujourd’hui, ce n’est plus pareil, la comparaison ne tient pas, répond-il. Ce n’est plus le même rugby, les défenses sont bien réglées, plus mobiles, compactes. Pour marquer un essai, il faut être au bon endroit au bon moment, ce n’est pas un joueur qui va prendre la balle et fut fut fut (il siffle et mime un slalom dans la défense). Mais on a des mecs capables de faire mal à l’adversaire, c’est certain.’’ Lui en fait partie. Et s’il le réussit samedi, nul doute que les journalistes souligneront sa performance.

Sur le même sujet

Lire et commenter