Top 14 : Toulon devant, embouteillage derrière

Top 14 : Toulon devant, embouteillage derrière
RUGBY

RUGBY - Le champion de France en titre, le RC Toulon, ouvre vendredi soir un Championnat dont il part à nouveau favori, renforcé par une ribambelle d'internationaux. Derrière les Varois, ils sont nombreux à prétendre au Brennus, des habitués Toulouse et Clermont aux ambitieux Montpellier ou Bordeaux-Bègles. Présentation de l'auto-proclamé ''meilleur Championnat'' du monde.

C'est la meilleure équipe de France. D'Europe aussi. Et elle semble partie pour le rester. Le Rugby Club Toulonnais, champion de France de rugby la saison dernière, est à nouveau le grand favori cette année, alors que la saison démarre par un déplacement des Varois à Bayonne vendredi soir (20h45). Bien sûr, il faudra digérer l'arrêt de Sir Jonny Wilkinson, maestro de cette équipe, qui a pris sa retraite internationale.

Derrière lui, Frédéric Michalak et Matt Giteau seront les deux numéro 10 toulonnais. Mais le RCT peut, surtout, compter sur un nouvel arrivage de pointures internationales. Gorgodze (Géorgie), Guirado (France), O'Connor (Australie), Vosloo (Afrique du Sud), Halfpenny (Galles) : autant de noms bien ronflants pour entretenir une dynamique au sein d'un collectif moins transformé que de coutume. On ne change pas une équipe qui gagne, ou juste assez pour relancer l'appétit. "C'est dur d'avoir faim après une saison comme celle qu'on vient de réaliser, convient le président Mourad Boudjellal, Je suis fier, mais je ne veux pas m'éterniser là-dessus. On a trop vécu sur la passé alors il faut aller de l'avant."

Sept équipes à la lutte pour la qualification

Si les Toulonnais semblent encore bien haut perchés, plus d'une demi-douzaine de clubs espèrent bien contester cette apparente hiérarchie. A la volée : Clermont, Toulouse, Castres, Montpellier, le Racing-Metro, auxquels s'ajoutent le Stade français, séduisant pendant une demi-saison l'an dernier avant de craquer, et l'Union Bordeaux-Bègles, en progrès constants et annoncé comme le poil à gratter de la saison. ''On repart tous à 0 point et on a tous envie de se racheter'', annonce le Parisien Jules Plisson, au diapason d'une concurrence plus dense que jamais.

Le reste des participants se battra surtout pour ne pas descendre et vivre des saisons galère comme Biarritz et Perpignan, inattendus relégués la saison dernière. Les promus Lyon et La Rochelle vont-ils faire l'ascenseur? Bayonne, ric-rac la saison passée et avec moins de moyens cet été, va-t-il enfin atteindre un niveau que son effectif doit permettre? Oyonnax et Brive vont-ils confirmer, alors que la deuxième saison après une remontée est toujours plus difficile? Autant de questions sans réponse à l'amorce d'un Top 14 encore plus indécis que les saisons précédentes.

Des internationaux limités à 30 matches

Car, Coupe du monde en septembre oblige, les intérêts du XV de France sont venus se greffer au départ de la compétition. Trente joueurs susceptibles de faire partie du groupe France ont été réunis sur une liste qui les limite à 30 matches dans la saison, soit très peu pour ceux qui seront amenés à jouer la Coupe d'Europe, le Championnat (hors phases finales) et le Six Nations. Y figurent sept Clermontois, six Toulousains, cinq Racingmen et... trois Toulonnais.

Lire et commenter