Top 14 : Toulon, la victoire même sans Bernard

Top 14 : Toulon, la victoire même sans Bernard

RUGBY
DirectLCI
RUGBY - Le RCT, vainqueur de Castres malgré la suspension de son manager, Bernard Laporte, se relance dans le Championnat.

A Toulon, le rugby se joue aussi en coulisses. La charge de Bernard Laporte contre l’arbitre M. Cardona (traité de "pipe"…) lui a valu 91 jours d’interdiction de vestiaire. Les coups du boutoir du président Boudjellal envers la fédération (sur l’usage des Bleus, entre autres choses) ont animé les dernières semaines. Ce samedi, alors que le RCT reçoit Castres, pour un match à gros enjeu (le 6e contre le 3e), c’est encore aux abords de la pelouse de Mayol que se sont tournés les regards. Où est Bernard, se demandent supporters et observateurs. Bernard Laporte est accoudé au zinc du café du stade, pour tromper la nervosité d’avant-match. Puis il rejoint son perchoir en tribune, sous les vivats, pour suivre la prestation de ses joueurs, orphelins de leur manager charismatique.

Même privés de la causerie d’avant-match de l’ancien Ministre, les Toulonnais abordent la rencontre dans de bonnes dispositions tactiques. Sans folie ni coups d'éclats, ils maintiennent à distance des Castrais trop timorés. La botte de Wilkinson, vent dans le dos, fait mouche par trois fois. En face, Kockott, copieusement sifflé par le public de Mayol, peine à trouver le geste juste.

La réaction de Giteau

Alors, pas besoin de gueulante à la mi-temps. Le duo Jacques Delmas-Pierre Mignoni transmet au XV rouge et noir les consignes de leur chef au crâne dégarni : corriger les problèmes dans les rucks et améliorer le jeu en mouvement. Miné par les blessures (Habana, Sheridan…), le RCT puise dans son banc luxueux, estampillé « VI nations » : Castrogiovanni, le guerrier italien, et Mathieu Bastareaud, la bombe des Bleus (lequel prendra un coup à l'épaule), viennent prêter main forte à leurs copains.

Face au vent, les locaux maintiennent leur domination en mêlée et en touche. Mais le rythme s’étiole. Wilko manque une pénalité, Castres reste en course. A la 61e minute, Rémy Grosso transperce la ligne de défense toulonnaise et marque entre les poteaux (9-7). La réplique varoise ne tarde pas : accompagné par les rugissements du public, Giteau conclut, en force, un bon mouvement offensif, style bulldozer (16-7). La marque ne bougera guère (19-13 au final).

Le RCT rejoint ainsi Castres à la 3e place du classement. Laborieux en ce début d’année, le club varois se relance dans la course aux phases finales. Il faudra y arriver comme des grands, avec Laporte en tribune (et au café). La fin de sa suspension est prévue dans douze semaines, soit au moment des demi-finales du Championnat...
 

Lire et commenter