Toulon, évidemment !

Toulon, évidemment !

RUGBY - Comme le Stade toulousain en 1996, le RCT a réalisé le doublé Coupe d'Europe-Championnat. Une victoire qu'il doit en grande partie à l'efficacité de son buteur Jonny Wilkinson, qui quitte la compétition par la grande porte.

Jonny Wilkinson avait ''hâte d'être au Stade de France''. Face à Castres, le pied magique de l'Anglais a, comme d'habitude, été l'arme principale de la victoire toulonnaise. Vainqueur sans marquer d'essai. Cinq pénalités et un drop ont suffi à sa Majesté pour faire flancher le champion de France et ramené le bouclier sur la rade.

Pourtant, les partenaires de Brice Dulin ont fait beaucoup de jeu, avec une efficacité redoutable sur les contres. Alors que les hommes de Bernard Laporte menaient au score, Max Evans perçait, effaçant quatre joueurs avant de jouer au pied et récupérer entre les poteaux après un cafouillage. 7-3, avec la transformation de Rory Kockott.

100% pour Wilko, Kockott manque trois pénalités

La suite, c'est donc un duel de buteur entre le Sud-africain et l'Anglais. Et quand le premier manque trois pénalités, difficile de suivre un ''Wilko'' à 100% dans cet exercice. Le n°10, lui ne s'est jamais dérobé au travail défensif, toujours le premier au contact sur le jeu au large et grand organisateur de la muraille toulonnaise, qui a toujours empêché Castres de faire du jeu dans le second acte.

A l'image des nombreuses fautes commises et des multiples ballons grattés par Steffon Armittage. Son frère, Dillon, convertissait ensuite la première balle de match avec une pénalité au-delà de la ligne médiane, sur les conseils de Wilkinson. Huit points d'écart à sept minutes de la fin et un premier titre en Top 14 depuis 1992. 

L'arme à l'oeil, Mourad Boudjellal, montrait ses émotions au micro de France 2. ''C'est un truc incroyable, cette soirée je l'ai vécu cinquante fois en rêve. J'ai l'impression de la revivre encore une nouvelle fois'', lâchait le président du RCT. ''Je m'étais juré quand ça n'allait pas bien de ramener le bouclier dans ma ville, parce que j'en avais marre de prendre des branlées tous les week-ends. C'est toute une ville qui a poussé et aussi donné de l'argent pour que ça puisse se reproduire''. Victorieuse sur tous les tableaux, c'est son équipe qui en a passé de nombreuses depuis le début de la saison. La dernière samedi soir pour marquer l'histoire.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.