Tournoi : l'impossible entente entre l'équipe de France et les clubs

Tournoi : l'impossible entente entre l'équipe de France et les clubs

RUGBY
DirectLCI
BISBILLE - Au lendemain de sa deuxième victoire de suite dans le Tournoi des VI nations, l'équipe de France fait relâche le week-end prochain, permettant aux internationaux de retrouver leurs clubs. Sauf que le staff de l'équipe de France a demandé aux entraîneurs du Top 14 de laisser les Bleus au repos. Ou comment alimenter les rancoeurs entre les clubs et la sélection.

C'était le mot à la mode du week-end : ''doublon''. Le Top 14 a vécu son premier doublon vendredi et samedi, à savoir une journée disputée en même temps qu'un match des VI nations, donc sans les internationaux, mobilisés par leur sélection respective. Ce qui enlève une demi-douzaine de têtes à des clubs comme Toulouse, Clermont et le Stade français, entre autres . Mais le week-end prochain faisant relâche au niveau international, tout le monde se réjouit.

Dans l'idéal, au moins celui des clubs, les Fofana, Dulin, Plisson, Bastareaud, Nyanga et autres Bleus pourront donc participer à la 19e journée de Top 14, notamment marquée par un Toulon-Castres. Avant de rejoindre la maison France à Marcoussis samedi et dimanche, pour préparer le déplacement au pays de Galles, vendredi 21 février. Mais ça, c'était dans l'idéal.

Car sitôt les joueurs partis de Paris, où ils ont battu l'Italie dimanche , le staff de l'équipe de France a tenté de convaincre les managers du championnat… de ne pas les faire jouer ! C'est en tout cas ce qu'annonce L'Equipe ce lundi, assurant que le trio Saint-André/Lagisquet/Bru fait son lobbying au téléphone pour que ceux qui ont débuté l'une des deux rencontres (17 joueurs concernés) ne jouent pas avec leur club, afin d'être le plus frais possible à Cardiff. Une demande légitime si on se met dans la position d'un staff qui vise le Grand Chelem, mais est-elle envisageable ?

Le Stade toulousain fait de la résistance, et pour cause...

Le club le plus difficile à convaincre, car le plus touché, serait Toulouse. Retour à samedi soir. ''Je ne sais pas s'il y a beaucoup de 'pipes' à la Fédération et à la Ligue – je crois qu'il ne faut pas le dire c'est un mot interdit – par contre il y a beaucoup de tartuffes et de jocrisses'', avait pesté Jean-René Bouscatel, le président haut-garonnais. Et d'ajouter : ''J'ai vraiment beaucoup de colère contre ce système Ligue-Fédération de connivences. J'attends dimanche soir de savoir ce que fera le staff de l'équipe de France.''

Le sélectionneur use donc de son droit de demander aux clubs de ménager certains joueurs, selon la convention signée mi-décembre entre la Fédération et la Ligue. ''Nous avons jusqu'à 17 heures pour informer la LNR de notre souhait et de cet accord passé avec les clubs du Top 14'', explique pour sa part Saint-André à L'Equipe, conforté par sa réussite de l'an passé dans la même entreprise. Et l'on risque de nouveau d'entendre le mot ''doublon'' le week-end prochain. 

Lire et commenter