VIDEO - Mourad Boudjellal : "Que leur mort serve à rapprocher les gens"

VIDEO -  Mourad Boudjellal : "Que leur mort serve à rapprocher les gens"

ATTENTAT - Ce n'est pas sans émotion que Mourad Boudjellal, président du RC Toulon, s'est présenté devant la presse jeudi. L'ancien éditeur de BD, qui avait, entre autres, travaillé avec Charb et Tignous, a tenu à rendre hommage aux victimes de l'attaque de Charlie Hebdo mercredi.

Fondateur et président de la maison d'édition Soleil Productions entre 1989 et 2011, Mourad Boudjellal "avait rencontré Charb et Tignous en 1995, lorsqu'il avait édité l'album Charlie hebdo saute sur Toulon, à l'époque où le Front national dirigeait la ville", rapporte l'AFP ce vendredi. 

LIRE AUSSI >>  Qui sont les 12 "héros" morts lors de l'attaque de Charlie Hebdo ?

"Je connaissais aussi bien Cabu", a également indiqué l'actuel président du RC Toulon, très touché par les attentats contre Charlie Hedbo de mercredi. "C'est terrifiant. Cabu, c'était la gentillesse sur terre et c'est inimaginable de le voir mourir sous des balles. C'est le 11 septembre de la presse, il y aura un avant et un après", a-t-il également ajouté en disant vivre "un moment très compliqué, bizarre".

"C'est le talent français qu'on tue"

Et Boudjellal de revenir sur l'attentat subi par Cabu et ses amis. "Cabu a eu deux personnages qui ont marqué sa carrière. C'est 'le grand Duduche', puis 'Le beauf'. Et je pense que ce sont des beaufs de l'Islam qui l'ont abattu hier (mercredi). De vrais beaufs qui n'ont absolument rien compris, a-t-il lâché avant d'imaginer : Si ce crime avait été perpétré il y a quelques années, des mecs comme Coluche, comme le Professeur Choron auraient également été tués. C'est le talent français qu'on tue ! C'est donc une mort bête et méchante…"

LIRE AUSSI >>  Un journal des survivants pour Charlie Hebdo

Pour l'homme d'affaires de 54 ans, "ce qui est impensable, c'est de pouvoir mourir criblé de balles en France. Ça n'existe pas dans notre pays. On ne meurt pas comme ça, parce qu'on est humoriste ou journaliste, parce qu'on dit ce que l'on pense. Au nom de personne on ne peut faire ça." Et selon lui, "la plus belle façon de leur rendre hommage est d'éviter que les gens se déchirent et que leurs morts servent à rapprocher les gens. Que l'on obtienne l'effet inverse de ce que les assassins ont voulu."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.