XV de France : battre l'Australie, c'est possible ?

RUGBY
RUGBY - Après deux revers face aux Australiens, le XV de France se doit de gagner samedi face à ces mêmes adversaires, pour éviter une quatrième défaite consécutive. Pourtant, tout invite au pessimisme et les Bleus eux-mêmes cherchent des signes de motivation.

Les statistiques sont éloquentes. Sur les cinq dernières rencontres face aux Wallabies, les Bleus n'ont gagné qu'une fois. C'était, il y a deux ans. Dernièrement, la France ne compte qu'une seule victoire lors de ses cinq derniers matches.

Et même si les hommes de Philippe Saint-André se sont défendus avec honneur, samedi dernier, ils n'ont pas réellement produit de jeu et donné l'impression de ne pas pouvoir maîtriser l'équipe d'Australie. "La semaine passée, on a eu des belles situations mais on n'a pas su les finir", regrettait Philippe Saint-André, le coach du XV de France, qui a procédé à deux changements en titularisant Fulgence Ouedraougo et Hugo Bonneval en vue de samedi (7 h du matin, heure française).

Mas forfait, Bastareaud et Parra incertains

Avec ces nouvelles titularisations, le sélectionneur a globalement choisi la continuité. Mais d'ici au coup d'envoi, il devra peut-être revoir ses idées. Nicolas Mas est d'ores et déjà forfait en raison de migraines persistantes quand Yoann Maestri est incertain (genou), tout comme Mathieu Bastareaud (aine) et Morgan Parra (cheville).

Du côté de l'infirmerie donc tous les signes ne sont pas au vert. Ajoutez un entraînement collectif un peu fouilli jeudi, une semaine de préparation très allégée pour laisser place à la récupération – mais aussi au tourisme, en atteste les photos de la baie de Sydney et des plages de la Gold Coast postées par les joueurs sur les réseaux sociaux - et vous obtenez une bonne dose d'inquiétude. Surtout quand votre dernier adversaire, avant les vacances, veut enchaîner sa sixième victoire d'affilée pour se plonger de façon optimale dans le Four Nations.

Nos Bleus, eux, commencent à sentir la fatigue. Après la raclée de Brisbane (50-23, le 7 juin), elle s'était fait sentir. Et s'ils ont eu tant de déchets à Melbourne , l'usure l'explique en partie malgré dix changements au coup d'envoi. Le peu de confiance accumulée au cours des derniers matches n'aide pas non plus. ''Il faut se rendre compte que l'on venait de prendre 50 points et que tout se construit, rappelait Yannick Nyanga. La confiance part beaucoup plus vite qu'elle ne revient''.

Lire et commenter