XV de France : le blues des "coiffeurs"

RUGBY
HIÉRARCHIE - Mis à part les nombreux changements lors du match face à la Roumanie, l'équipe type tricolore semble figée depuis la préparation dans la tête de Philippe Saint-André. Et maintenant que les Bleus sont entrés dans le vif du sujet, avec le match face à l'Irlande dimanche à Cardiff (16 h 45), les seconds couteaux vont commencer à trouver le temps long.

Le début du tunnel. Si le staff tricolore a pas mal fait tourner contre la Roumanie le 23 septembre dernier (13 changements par rapport à l'Italie) et a de nouveau fait quelques essais à l'aile face au Canada le 1er octobre (Rémy Grosso et Brice Dulin), l'heure n'est plus aux expérimentations. Alors que se profile "la finale" du groupe D contre l'Irlande dimanche et ensuite un quart de finale de toute façon périlleux face à la Nouvelle-Zélande ou l'Argentine, le XV de France semble désormais figé. "On n’est pas idiots, on sait qu'une certaine hiérarchie s'est installée", notre d'ailleurs à raison Alexandre Flanquart qui, peu à peu, semble être sorti du groupe des 23 (remplaçant face à l'Italie, titulaire contre la Roumanie et en tribune pour le Canada...).

"Bien sûr, c’est dur d’être en tribune lors des matches"

Même constat pour Rémy Grosso qui, "malgré un entretien avec Patrice Lagisquet" (l'entraîneur des lignes arrières), ne sait pas s'il va enchaîner avec une seconde sélection en bleu après sa première face aux Canucks. "J'imagine que le staff a son équipe en tête, estime l'ailier castrais. On est dans une période où la semaine d'entraînement ne changera pas la donne, ce sera plutôt axé sur l'aspect stratégique et tactique". Autant dire que les huit "coiffeurs" vont trouver le temps long dans les jours qui viennent.

Alors on se console comme on peut. "Bien sûr, c’est dur d’être en tribune lors des matches, confie Rory Kockott, qui n'a joué que 11 petites minutes face à la Roumanie jusque-là. Mais je me dis que si je ne joue pas beaucoup en Coupe du monde, si le travail ne paie pas ici, j’en récolterai quand même les fruits plus tard". D'ici-là, ceux qui ne joueront pas dimanche vont pouvoir un peu s'aérer l'esprit et découvrir Cardiff ce mardi, car l'équipe de France a quartier libre. Et cette fois, pas de distinction entre titulaires, remplaçants et seconds couteaux. 

À LIRE AUSSI 
>> Le XV de France jalouse l'Irlande
>> Toute l'actu de la Coupe du monde de rugby sur metronews

Lire et commenter