3 choses à savoir sur Beauden Barrett, la nouvelle pépite des All Blacks

RUGBY

RUGBY - Si le légendaire ouvreur néo-zed Dan Carter a pris sa retraite internationale après la Coupe du monde 2015, sa relève semble d'ores et déjà assurée par le jeune Beauden Barrett (25 ans et 46 sélections). Un joueur encore méconnu du grand public mais que les Bleus vont avoir toutes les peines du monde à contenir samedi soir, pour le dernier test-match de novembre face à la Nouvelle-Zélande (21 heures, au Stade de France).

Déjà le meilleur joueur du monde

Si les médias ont souvent tendance à s'emballer lorsqu'il s'agit d'évoquer le potentiel d'un jeune joueur et de le qualifier de "nouveau Andrew Mehrtens" ou de "prochain Dan Carter", Beauden Barrett, lui, n'a pas volé son titre d'héritier de la longue lignée des n° 10 All Black. Même poste, même précision au pied et même facilité à éclairer le jeu que ses deux prédécesseurs - certains estiment même qu'il est plus qu'eux, car il a une capacité d'accélération et de perforation que Mehrtens et Carter n'avaient pas... -, le jeune homme fait effectivement partie de la trempe des futurs très très grands. Car grand, il est déjà. Lui qui, à la faveur d'une saison exceptionnelle avec les Hurricanes et les All Blacks, vient d'être de remporter le World Rugby Awards de joueur de l'année.

Une histoire de famille

S'il est donc l'héritier d'une longue tradition d'ouvreurs talentueux en Nouvelle-Zélande, il est aussi le digne représentant d'une fratrie où le rugby coule dans les veines. Car si le garçon a connu sa première sélection en 2012 avec les Blacks et a dû attendre que Dan Carter laisse la place, il n'est pas le seul Barrett à avoir pris ses marques chez les doubles champions du monde. Son frère, Scott (deuxième ligne de 23 ans) fait ainsi lui aussi partie du groupe retenu pour cette tournée en Europe, tout comme Jordie (centre de 19 ans). Et on ne vous parle pas de Kane (26 ans), qui jouait en deuxième ligne pour les Blues jusqu'en 2014, avant de voir stopper net sa carrière à cause d'une commotion cérébrale. Bref, une vraie histoire de famille qui ravit la Nouvelle-Zélande, où le débat de savoir qui est le meilleur des Barrett n'est toujours pas tranché.

Il a presque failli jouer à l'USAP

Si Daniel Carter a effectivement porté brièvement les couleurs du club catalan - lors de la saison 2008-2009, avant de se blesser au bout de quelques matches, mais de tout de même être sacré champion de France -, Beauden Barrett a lui aussi failli évoluer à Perpignan. Du moins, c'est ce que l'on avait cru comprendre lorsque, un peu à la surprise générale, le 27 novembre 2015, le site Web de l'actuel 12e de Pro D2 annonçait avoir signé le tout frais champion du monde néo-zélandais, en joker médical... Mais, fausse joie, la direction de l'USAP a rapidement démenti cette information, expliquant qu'il s'agissait d'un piratage, et donc d'une mauvaise blague. Reste que, plus sérieusement cette fois, les plus grosses écuries du Top 14 sont à l'affût d'une éventuelle envie du jeune homme de découvrir la France.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter