3 conseils santé pour diminuer le risque de crise cardiaque chez la femme

3 conseils santé pour diminuer le risque de crise cardiaque chez la femme
Santé

INFARCTUS – Douleur en étau dans la poitrine, la mâchoire et les bras, tels sont les symptômes les plus courants de la crise cardiaque. Mais chez la femme, les accidents coronaires se manifestent par d'autres signes. Suivez le guide.

L'infarctus ne concerne pas que les hommes entre 50 et 60 ans qui fument, font peu de sport et ont de l'embonpoint. C'est aussi une maladie féminine : une femme sur trois décèdera d'une maladie cardiovasculaire. Par comparaison, une sur vingt-cinq succombera d'un cancer du sein. Et alors que les cas d' infarctus du myocarde sont en régression chez l'homme, c'est l'inverse chez la femme de plus de 55 ans. Suivez nos conseils pour reconnaître cet accident cardiovasculaire.

EN SAVOIR + >> Les infarctus sont moins bien diagnostiqués chez les femmes

Tabagisme et stress, connaissez les facteurs de risque

Les facteurs de risque sont le tabagisme, l'hypertension (et donc le stress), la cholestérolémie, le surpoids, la sédentarité et l'alcool. Comme pour l'homme. Mais ils n'ont pas le même effet sur les artères de la femme, explique à metronews le professeur Claire Mounier-Vehier, première vice-présidente de la Fédération française de cardiologie (FFC).

La raison est physiologique. Les artères des femmes sont plus fines et se déchirent plus facilement. En outre, cinq ans après la ménopause, l'effet protecteur des œstrogènes naturels, qui permettent aux artères d'être souples, dilatées et évitent les caillots, disparaît. En parallèle, les taux de triglycérides et de mauvais cholestérol augmentent. Résultat : "Les artères s'épaississent, se rigidifient et sont plus encrassées."

Douleur à l'estomac et essoufflement, reconnaissez les symptômes

Maintenant que vous savez que l'infarctus touche aussi les femmes, apprenez à en reconnaître les symptômes . Le plus courant est bien la douleur thoracique, cette sensation d'étau dans la poitrine. Mais les femmes développent aussi des symptômes autres, comme des douleurs à l'estomac pouvant faire penser à un ulcère gastrique, des vomissements, un essoufflement à l'effort ou des palpitations. Eh bien attention, ils peuvent aussi traduire des risques cardiaques. 

Appelez le 15 et suivez une rééducation cardiaque

Ce qui inquiète la vice-présidence de la FFC, c'est que les femmes sont "attentistes". Lorsque l'une d'elles présente des symptômes d'infarctus, elle met une heure de plus qu'un homme avant d'appeler le Samu. Or il est important d'agir vite pour désobstruer les artères et limiter l'ampleur de l'infarctus. Pour ce faire, mieux vaut appeler le Samu, qui amènera la patiente directement dans un service de cardiologie.

Autre problème, "il faut leur donner des coups de pied aux fesses pour qu'elles suivent une rééducation après infarctus, alors que cela réduit le risque de récidive". En effet, seule une femme sur dix suit une rééducation. Une lueur d'espoir subsiste : "Les femmes informées deviennent des vecteurs de prévention auprès de leurs amies et collègues." À vous de jouer.

>> Télécharger ici la brochure "Cœur, artères et femmes" de la FFC <<

NDLR : Daphnée Leportois fait partie des cinquante journalistes femmes à avoir signé le manifeste de la FFC pour une meilleure prévention et prise en charge des maladies cardiovasculaires chez la femme.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent