300 consultations et 13 opérations pour rien : une Américaine accusée d'avoir inventé des maladies à son fils

300 consultations et 13 opérations pour rien : une Américaine accusée d'avoir inventé des maladies à son fils

DirectLCI
SYNDROME - Une femme de 34 ans a été inculpée pour coups et blessures sur son enfant, âgé de huit ans. Depuis sa naissance, ce dernier est allé de consultations médicales en interventions chirurgicales inutiles, la mère provoquant des symptômes de pathologies dont il ne souffrait pas. Une forme de maltraitance caractéristique d'un trouble rare de la personnalité. Explications.

C'est une énième visite à l'hôpital, provoquée par sa mère, qui a permis au petit Christopher de sortir de huit ans de cauchemar. Kaylene Bowen-Wright, une Américaine originaire de Dallas, au Texas, est accusée d'avoir mis en danger la vie de son fils en lui administrant des traitements dont il n'avait pas besoin, et en allant jusqu'à provoquer des interventions chirurgicales inutiles. 


Depuis sa naissance, le petit garçon aurait ainsi été osculté pas moins de 300 fois et opéré à treize reprises. En novembre dernier, la mère de famille de 34 ans l'avait conduit aux urgences en prétextant un AVC (accident vasculaire cérébral), rapidement écarté par les médecins, qui ont finalement alerté les services sociaux. Elle est depuis poursuivie pour coups et blessures sur son enfant, rapporte CBS. Lorsque les autorités l'ont interpellée le 6 décembre dernier, elles ont trouvé l'enfant sous oxygène, nourri par une sonde. 

En vidéo

Le syndrome du bébé secoué, un tabou méconnu

Quid du Syndrome de Münchhausen par procuration

Les documents de la justice, qui rapportent que la mère de famille aurait été jusqu’à inventer un cancer à son fils, évoquent l'hypothèse du Syndrome de Münchhausen par procuration. Cette pathologie mentale rare se caractérise par une forme de maltraitance dans laquelle un adulte n'hésite pas à simuler ou provoquer chez sa progéniture des symptômes évocateurs, en vue d'attirer l'attention et la compassion du corps médical et de l'entourage. Quitte à mettre parfois la santé de l'enfant en danger. Forcé à se déplacer en fauteuil roulant et placé en unité de soins palliatifs, Christopher souffre par exemple aujourd'hui de véritables handicaps physiques liés aux interventions qui lui ont aussi valu plusieurs infections du sang.  


Son père, qui avait tenté à plusieurs reprises d’alerter les autorités de ces maltraitances, dénonce également un déséquilibre psychologique chez l'enfant. La faute selon lui, à la suspecte, qui "lui a continuellement dit qu’il était malade et incapable de manger normalement, d’aller à l’école et de vivre une vie normale". En attendant son procès, Kaylene Bowen-Wright a été placée en détention dans une prison texane. Sa caution a été fixée à 150.000 dollars.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter