3e dose de vaccin anti-Covid : la France va-t-elle à l'encontre des recommandations de l'OMS ?

L'OMS préconise la généralisation des primo-vaccinations avant l'injection d'une 3e dose.

ÉVOLUTION - Des publications interpellent Olivier Véran, assurant que le recours à une 3e dose est inutile et contraire aux préconisations formulées par l'OMS. Méfiance toutefois : l'organisation internationale a fait évoluer sa position au cours des derniers mois.

Lors de son allocution mardi soir, le chef de l'État a entériné la généralisation d'une 3e dose de vaccin pour les personnes fragiles, de plus de 65 ans. Un rappel qui deviendra bientôt nécessaire afin d'étendre la durée de validité d'un pass sanitaire. Cette décision alimente de nombreuses conversations en ligne, des internautes restant dubitatif sur l'intérêt de cette dose supplémentaire.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Avant même qu'Emmanuel Macron ne s'exprime à la télévision, c'est Olivier Véran qui se voyait interpeller sur les réseaux sociaux. En cause : le fait que l'OMS en personne déconseillerait l'injection d'une 3e dose. Un reportage vidéo relatant le discours d'une représentante de l'organisation en ce sens vient appuyer cette démonstration. "À l'heure actuelle, rien ne prouve que ce soit indiqué", lance cette scientifique. Une intervention sortie de son contexte puisqu'elle remonte à la mi-juillet, à une époque où la situation épidémiologique n'était pas similaire à celle observée aujourd'hui.

4 mois plus tard, une position qui s'infléchit

L'OMS est-elle opposée à l'injection d'une 3e dose ? C'est plus compliqué que cela. L'extrait du reportage relayé sur les réseaux sociaux provient de la chaîne de télévision d'information en continu internationale israélienne i24news. La séquence est authentique et rapporte une intervention de Soumya Swaminathan, scientifique en chef de l'institution basée à Genève. Toutefois, lorsque l'on recherche l'origine de ces déclarations, on constate que la prise de parole de la spécialiste ne remonte pas aux dernières semaines, mais date du 12 juillet. 

La transcription de ses propos demeure accessible sur le site de l'OMS, et permet de rapporter avec précision la teneur de son discours. "Nous avons constaté dans certains pays une augmentation des infections, mais pas d'augmentation significative des hospitalisations ou des décès, et il se peut que des rappels soient nécessaires après un an ou deux", glisse  Soumya Swaminathan. "À ce stade, six mois après les doses initiales, il ne semble pas y avoir d'indication (en faveur d'une 3e dose, ndlr), mais nous allons continuer à travailler avec les agences de santé publique du monde entier pour étudier les données."

Lire aussi

Au début de l'été, ces propos traduisaient bien la position de l'OMS, assez réticente à préconiser un rappel. Parmi les arguments avancés figurait notamment le fait que dans un grand nombre de pays, une large part de la population restait non vaccinée. Pour l'OMS, il s'avérait donc plus judicieux de prioriser une primo-vaccination dans ces pays que de mettre en place des campagnes massives de rappels en Europe ou en Amérique du Nord.

Quatre mois plus tard, son point de vue sur la question a évolué. Si une 3e dose n'est pas encore recommandée à toute la population générale déjà vaccinée, elle est désormais préconisée pour divers type de patients. Les personnes immunodéprimées en particulier, ainsi que celles de plus de 60 ans immunisés avec les vaccins anti-Covid produits par les sociétés chinoises Sinovac et Sinopharm. Début septembre, le patron de l'OMS appelait par ailleurs à prolonger un moratoire jusqu'à la fin de l'année 2021 au sujet de la 3e dose en population générale. La priorité, rappelait-il, restait de permettre un large accès à des premières doses du vaccin partout dans le monde où il n'avait pu être distribué. 

En résumé, la France - à l'instar de multiples autres pays - ne se conforme pas strictement aux recommandations de l'OMS au sujet de la 3e dose, qui juge non prioritaire ces rappels avant janvier 2022. Avec une date butoir fixée dans l'Hexagone au 15 décembre pour justifier d'une nouvelle injection, on constate toutefois que le calendrier présenté mardi soir par le président de la République n'est pas si éloigné de la position défendue par l'organisation internationale. A fortiori en rappelant qu'il n'est pour l'heure pas prévu de solliciter une 3e dose pour l'ensemble de la population déjà vaccinée.

En vidéo

Covid : au Vacci’Bus, on vient chercher sa troisième dose

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

"Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

"Cela ne va pas le faire" : pessimisme sur l'efficacité des vaccins anti-Covid existants face à Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.