40.000 nouveaux cas en France en 24h : 3 questions sur ce (triste) record européen

40.000 nouveaux cas en France en 24h : 3 questions sur ce (triste) record européen

EXPLICATIONS - 41.622 patients ont été testés positifs au Covid-19 dans l'Hexagone ce jeudi, une première à l'échelle du continent depuis le début de la pandémie. Comment interpréter ce chiffre ?

Pour la première fois depuis le début de la crise, un pays européen a donc franchi le seuil symbolique des 40.000 cas quotidiens. Avec 15.000 patients testés positifs au Covid-19 de plus que la veille, la France a en effet enregistré ce jeudi le triste record de 41.622 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres publiés jeudi par Santé publique France. Un niveau jamais vu depuis le lancement des tests à grande échelle dans l'Hexagone. 

Pour rappel, une semaine plus tôt, le 15 octobre, c'est le palier tout aussi symbolique des 30.000 cas journaliers qui avait été franchi dans notre pays. Et il s'agissait déjà d'une première à l'échelle européenne. Comment interpréter ces deux "records" tricolores coup sur coup ? 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Que disent les chiffres ?

La situation sanitaire continue de se dégrader en France où l'on approche désormais du million de personnes contaminées (999.043). Dans le détail, le pays a enregistré entre mercredi et jeudi 165 nouveaux décès liés au Covid-19, et déplore désormais 34.210 morts depuis le début de l'épidémie. Au cours de la semaine écoulée, 1.627 malades du nouveau coronavirus ont été admis en réanimation sur 10.166 nouvelles hospitalisations, indique l'agence sanitaire. Jeudi, 2.310 personnes se trouvaient en réanimation, soit 71 de plus que la veille, sur 14.009 hospitalisations.  

"Ces chiffres doublent tous les 15 jours malgré tous les efforts. Sans mesure nouvelle, il y aurait dans 15 jours plus de 50.000 cas par jour", a alerté ce jeudi Olivier Véran à l'occasion du point de situation hebdomadaire du gouvernement qui a conduit à étendre le couvre-feu à 38 nouveaux départements ainsi qu'à la Polynésie.

Comment les expliquer ?

"C'est vraiment le signe d'une augmentation importante de la circulation du Sars-Cov-2", le virus responsable du Covid-19, assurait dès la semaine dernière au sujet du bond des nouvelles contaminations Sophie Vaux, épidémiologiste à Santé publique France, au cours d'un point de presse en ligne. L'agence de santé pointait également à lors que l'épidémie continue à se diffuser "des plus jeunes vers les plus âgés", jugeant cette évolution "très préoccupante". Les personnes âgées de 15 à 44 ans sont toujours les plus touchées, avec 278 nouveaux cas de contamination pour 100 000 habitants, contre 180 pour 100.000 en moyenne toutes tranches d’âge confondues, selon son dernier bulletin épidémiologique qui porte sur les données de la semaine dernière. "C’est vraiment dans ces tranches d’âge là que depuis six semaines on a les augmentations les plus importantes", analysait Sophie Vaux.

Mais cette dernière reconnaissait qu'il est "possible" que le rattrapage d'une partie du retard accumulé par les laboratoires dans l'analyse des tests de dépistage "contribue également un petit peu" à cette nette accélération du total des nouvelles contaminations.

Lire aussi

Après des semaines de "saturation des capacités diagnostiques", une embellie relative semble en effet se confirmer et les tests RT-PCR se multiplient dans l'Hexagone. Le délai moyen entre le début des symptômes et le prélèvement pour un test de dépistage s'est ainsi établi à 2,7 jours chez les patients positifs qui présentaient des signes de la maladie au cours de la semaine du 12 octobre. Ce délai était de 3 jours la semaine précédente et de 3,3 celle d'avant. Et 94% des résultats de tests sont désormais enregistrés dans la base de données Sidep moins de trois jours après leur réalisation, contre 93% la semaine précédente, 88% celle d'avant et seulement 70% mi-septembre.

A titre d'illustration, 2.293.000 tests ont été réalisés entre le 1er mars et le 6 juin, période marquant la première phase de l'épidémie. Mais depuis cette date et jusqu'au 18 octobre, ce sont 15.430.000 millions de tests qui ont été effectués. Entre le 12 et le 18 octobre, qui coïncide avec le début des mesures de couvre-feu, 1.635.000 tests ont été réalisés dans l'Hexagone. Un record à ce jour. A noter que taux de positivité des tests a, lui aussi, nettement augmenté jeudi, passant de 13,7 % à 14,3 % et seulement 4,5% début septembre.

Dans un avis daté du 19 octobre dans lequel il expliquait que "les mois d’hiver seront difficiles vis-à-vis de la circulation du SARS-CoV-2", le conseil scientifique rappelait notamment  "que les virus respiratoires circulent plus en saison hivernale, notion corroborée par l’activité épidémique intense observée dans les pays de l’hémisphère sud pendant l’hiver austral, et la reprise épidémique forte en Europe avec le refroidissement de la semaine du 5 octobre". Était également présenté dans cette note comme élément pouvant favoriser la circulation du virus, "la proportion faible de la population française immunisée contre le SARS-CoV-2 à ce jour, inférieure à 10%, et loin des 50-60% minimums requis pour que le virus ne circule plus de façon épidémique."

Quid de nos voisins ?

"Toute l'Europe est en train de flamber", a lancé ce jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran. Le continent a dépassé jeudi les huit millions de cas et les 256.000 morts, selon un bilan établi par l'AFP. Saluée pour sa bonne gestion de la première vague épidémique au printemps, l'Allemagne (près de 9.900 morts) a notamment enregistré près de 11.300 nouveaux cas en 24 heures, un record également à l'échelle de son territoire. "La situation est devenue globalement très grave", a déclaré jeudi Lothar Wieler, président de l'institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI), alors que le ministre de la Santé Jens Spahn est contaminé.

La situation continue aussi de s'aggraver en Espagne (34.366 morts), devenue le premier pays de l'UE, et le sixième au monde, à dépasser le million de cas de coronavirus. Les autorités espagnoles ont imposé dans l'urgence de nouvelles restrictions, avec le bouclage partiel d'une dizaine de nouvelles villes, dont Saragosse, et de certaines régions. D'autres pays européens ont battu jeudi des records de contaminations : le Danemark (+760 nouveaux cas, pour 6,8 millions d'habitants), la Croatie (+1.563) dont le gouvernement s'inquiète d'un grand nombre de "micro-foyers", la Bosnie (+999). Record de contaminations également au Portugal où trois communes du Nord, soit 150.000 personnes, doivent se reconfiner totalement ce vendredi, et les déplacements entre communes seront interdits dans tout le pays pour la fête de la Toussaint, du 30 octobre au 3 novembre.

La République tchèque, qui comptabilise de loin le plus grand nombre de nouveaux cas et de décès pour 100.000 habitants sur les deux dernières semaines, a mis en place ce jeudi un confinement partiel jusqu'au 3 novembre : restrictions des déplacements et contacts, fermetures de tous les magasins et services non essentiels. Chez le voisin slovaque, où les contaminations repartent également à la hausse, le Premier ministre a annoncé jeudi la mise en place d'un couvre-feu partiel de 01H à 05H à partir de samedi. En journée, les déplacements seront restreints à certains cas particuliers.

La Belgique a opté pour le couvre-feu nocturne et la fermeture des cafés et restaurants pour un mois, les autorités parlant d'une situation "bien pire" qu'au printemps. La ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès est en soins intensifs. Dans le nord de l'Italie, la Lombardie, poumon économique et région la plus touchée du pays, impose un couvre-feu nocturne à partir de jeudi pour trois semaines. La Campanie, dans le sud, suivra vendredi. Les deux principales villes de Grèce, Athènes et Thessalonique, seront elles aussi soumises à un couvre-feu nocturne à partir de samedi. La Slovénie a annoncé jeudi une semaine de nouvelles restrictions à partir de samedi : centres commerciaux, restaurants et hôtels notamment seront fermés et seul un tiers des transports en commun fonctionnera. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Lire et commenter