5 nouveaux cas de salmonellose chez les nourrissons : comment savoir si mon bébé est touché ? Et que faire ?

Santé
DirectLCI
ÉCLAIRAGE - Ce dimanche 10 décembre, la suspension de la commercialisation et des exportations de plusieurs références de produits de nutrition infantile, fabriquées en 2017 par le groupe LNS (Lactalis) a été décidée après que cinq nouveaux cas ont été signalés cette semaine. LCI fait le point avec la présidente de l’Association française de pédiatrie ambulatoire. Quand faut-il s'inquiéter et vers qui se tourner ?

Cette semaine, cinq nouveaux cas de salmonellose chez des nourrissons ont été déclarés, dont l’infection par la même souche de salmonelles até confirmé, fait savoir la Direction générale de la santé et la direction générale des fraudes. L’un d’entre eux avait consommé du Picot riz 1er âge dont la référence ne figurait pas dans la liste des produits rappelées à compter du 2 décembre 2017. Ils viennent s'ajouter aux 20 cas signalés le 2 décembre dernier. 


Ce dimanche 10 décembre, la suspension de la commercialisation et des exportations de plusieurs références de produits de nutrition infantile, fabriquées en 2017 sur le site de Craon (53) par le groupe LNS (Lactalis) a donc été décidée par le ministère de l'Economie et des finances qui ordonne le rappel de ces produits (la liste exhaustive est disponible ici). 


La semaine dernière, les nouveaux-nés avaient consommé des laits infantiles premier âge de marque Picot, Pepti Junior et Milumel.  S'ils vont tous bien, l'affaire a marqué l'esprit de certains parents, parfois inquiets ou en proie à des interrogations. Quels signes doivent mettre la puce à l'oreille ? Faut-il se rendre à l'hôpital le cas échéant ? Qu'est-ce qui différencie les gastro-entérites virale et infectieuse ? LCI a recueilli l'éclairage du docteur Sylvie Hubinois, pédiatre à Saint-Germain-en-Laye et présidente de l’Association française de pédiatrie ambulatoire.

Journaliste : Quels symptômes doivent alerter les parents ?

Sylvie Hubinois, présidente de l'AFPA : Ça doit notamment faire tilt quand on est face à une diarrhée glairo-sanglante, cumulée à un autre symptôme de la gastro-entérite, à savoir des vomissements. Les diarrhées accompagnées de sang sont le signe d’une gastro-entérite intense avec une muqueuse digestive bien atteinte et qui peut être liée à une salmonellose. L’impression que l’enfant ne fait plus pipi dans sa couche est un autre signe qui peut alerter. C’est une réaction du corps, signe qu’il manque d’eau. De manière générale, il faut prendre en compte l’âge de l’enfant. En l’occurrence, face à un bébé de moins de trois mois fébrile et qui vomit, il faut savoir s’alerter rapidement. Pour rappel, un nourrisson de cet âge n’a pas le droit d’être malade car il a peu d’anticorps, a du mal à les fabriquer, et se défend mal contre les infections. Quand quelque chose ne va pas, il doit être vu par un médecin dans les heures qui suivent.

Journaliste : Quel est le premier réflexe à avoir face à l’un de ses signes ?

Sylvie Hubinois, présidente de l'AFPA : En cas de symptômes peu importants, on peut se donner jusqu’au lendemain pour appeler le médecin. Normalement, les parents des petits enfants ont chez eux des sachets de soluté de réhydratation par voie orale pour compenser les pertes et calmer les vomissements grâce aux des sels minéraux et au sucre qu’ils contiennent. Donc on ne donne jamais de l’eau pure à un bébé déshydraté. En cas de symptômes plus alarmants, notamment si l’enfant est très fébrile ou qu’il continue de vomir malgré les sachets de soluté, il ne faut pas attendre pour contacter son médecin qu’il l’examinera et le pèsera notamment. De manière générale, quand les parents sont inquiets, il faut qu’ils consultent, ils ont souvent beaucoup de bon sens. Une fois l’enfant pris en charge, le suivi se fait sur quelque jours. Il peut arriver qu’il soit mis sous perfusion pour mettre un tube digestif au repos, et lui permettre de guérir plus vite. Mais en règle générale, ça se termine bien ces histoires-là.

Journaliste : En dehors de ces signes, y a-t-il lieu de s’inquiéter concernant une éventuelle salmonellose ?

Sylvie Hubinois, présidente de l'AFPA : Les infections à salmonelles ne sont pas fréquentes en France chez les tout-petits, cette bactérie n’étant pas celle que l’on retrouve le plus. Le plus souvent, les gastro-entérites sont en effet virales ou liées au germe Campylobacter. Il n’y a donc aucune raison de s’affoler ou de tomber dans la psychose concernant la salmonelle, d’autant plus en période de gastro-entérite virale. Il y a beaucoup d’enfants qui ont des diarrhées et des vomissements en hiver mais encore une fois, ce n'est pas nécessairement liée à une gastro-entérite bactérienne qui peut être plus sévère. Si les cas de salmonellose ne sont pas fréquents chez les petits, ils peuvent en revanche être groupés car il s’agit de toxi-infections alimentaires, c’est-à-dire qui s’attrapent en consommant des aliments souillés. Pour rappel, dans les cas d'infections par salmonelles, en général, les signes physiques se manifestent au maximum trois jours après la prise de l’aliment à l’origine de la contamination.

Lactalis maintient son numéro vert 0800 120 120 ouvert. Cette plateforme téléphonique destinée à apporter des réponses aux parents sur les produits rappelés est accessible en continu jusqu’au dimanche 10 décembre à 23h00 puis, à partir de lundi

11 décembre, de 9h à 20h.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter