5e vague : les 6,5 millions de non-vaccinés sont-ils désormais prêts à se laisser convaincre ?

5e vague : les 6,5 millions de non-vaccinés sont-ils désormais prêts à se laisser convaincre ?

RÉTICENCES - Selon la dernière enquête CoviPrev de Santé publique France, 12% des Français "déclarent ne pas avoir l'intention de se faire vacciner" contre le Covid-19, dont 72% se disent "certains" de leur choix, en dépit des restrictions et de la cinquième vague.

La campagne de vaccination se heurte toujours aux réticences. Selon la dernière enquête CoviPrev de Santé publique France, réalisée début novembre et publiée cette semaine, l'acceptabilité de la vaccination contre le Covid-19 reste à un niveau très élevé dans le pays, mais la plupart des non-vaccinés ne franchiront guère le pas.

Entre le 28 octobre et le 5 novembre, "88% des personnes interrogées répondaient soit avoir au moins débuté la vaccination (85%), soit vouloir certainement ou probablement se faire vacciner", écrit l'agence sanitaire dans son rapport. Cette adhésion est stable depuis cet été, après avoir été en hausse tout au long des derniers mois. À titre de comparaison, la moitié de la population déclarait "probablement" ou "certainement" ne pas vouloir se faire vacciner en décembre 2020, au moment du début de la campagne.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Depuis, la grande majorité de la population éligible a finalement pris le chemin des centres de vaccination. Selon le ministère de la Santé, il reste encore 6,5 millions de Français à convaincre. Mais le plafond de verre pourrait être atteint prochainement, malgré la légère hausse des premières injections ces derniers jours.

Les vaccinés majoritairement prêts à réaliser la dose de rappel

"La part des personnes déclarant ne pas avoir l'intention de se faire vacciner reste stable depuis août (12 %)", poursuit Santé publique France. Parmi elles, 72% assurent "être certaines de ne pas vouloir". Selon l'agence sanitaire, ce sont majoritairement des femmes (64%), qui vivent en milieu rural (65%), déclarent faire partie d'une catégorie socio-professionnelle dite "inférieure" (46%), ont une "perception de la gravité du Covid-19 inférieure à la médiane" (72%), et adhèrent peu à la vaccination en général (79%).

Lire aussi

Outre les premières injections, le gouvernement mobilise également ses efforts sur la dose de rappel. À ce jour, les plus de 65 ans, les personnes atteintes de comorbidités et le personnel soignant sont invités à réaliser cette troisième dose. Dès le 1er décembre, ce sera au tour des plus de 50 ans. Une mesure plutôt bien acceptée par la population. "Parmi ceux ayant complété la primo-vaccination, 8% déclarent avoir déjà reçu un rappel vaccinal, et 71% seraient prêts à l'accepter s'il leur était recommandé", indique Santé publique France.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : en Allemagne, un premier cas suspect de variant Omicron détecté

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.