A 14 ans, Romeo imprime des masques en 3D pour se protéger contre le coronavirus

A 14 ans, Romeo imprime des masques en 3D pour se protéger contre le coronavirus

INVENTION - En pleine épidémie, Roméo, 14 ans et fan d’imprimantes 3D, a conçu des visières-masques à une vitesse record et ayant fait ses preuves chez le personnel soignant. Et s'il s'agissait d'une solution pour le "déconfinement progressif" prévu le 11 mai ?

Les masques seront sans doute incontournables lors du "déconfinement progressif" prévu par le chef d'Etat le 11 mai. Et si, face à la pénurie, le salut venait d'un adolescent ? Romeo, 14 ans, vivant à Paris et fan de nouvelles technologies, est capable de fabriquer 60 masques par jour grâce à une imprimante 3D : "J'ai vu sur Internet qu'avec l'impression 3D, il était possible de modéliser des masques. Je me suis alors dit : pourquoi ne pas essayer d'en imprimer et de rendre cet imprimante utile ?" 

C'est alors qu'il fabrique des visières-masques dans sa chambre grâce à cette imprimante 3D pour le personnel soignant de l'hôpital privé des Peupliers (dans le XIIIe arrondissement) qui se situe non loin de chez lui. L'impression d'un masque nécessitant demi-heure, il est alors en mesure d'en fabriquer “six par heure”. Fort de ce succès, il réquisitionne avec sa famille l'imprimante de son collège pour pouvoir doubler le nombre de masques ainsi que celle d'un autre élève." Et les trois imprimantes de marcher de 10h à 22h, non stop, à plein régime, avec l'aide de sa mère Julie (pour la fabrication) et de son beau-père Christophe (pour la diffusion du masque).

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Une initiative solidaire qui pourrait servir à plus large échelle

Envoyé à la rédaction de LCI et testé en plateau, le masque imaginé par l'élève de 3ème ressemble techniquement à un serre-tête muni d'une planche de Plexiglas protégeant des postillons : "L'idée, c'est que tous ceux ayant cette imprimante 3D puissent le faire pour démultiplier et devenir des micro-points de productions" assure le beau-père du producteur en herbe. Une initiative solidaire qui permettrait effectivement de distribuer ces masques autour de soi, a fortiori à ceux qui n'ont pas de masques. "D'après les retours que nous avons eus de la plupart des soignants, ce masque protège le visage en une seule fois" et se révèle donc plus pratique que "d'avoir d'un côté des lunettes et de l'autre un masque" poursuit-il. 

Des retours si laudatifs que certains centres d'accueil d'autistes et de sourds-muets ont également plébiscité le masque de Romeo : "Son avantage, c'est qu'il permet de voir tout le visage de son interlocuteur et ainsi, les personnes qui lisent sur les lèvres ont cet avantage". 

Par son efficacité, ce masque en imprimante 3D pourrait pourquoi pas nous servir après le 11 mai, lors de cette période dite de "déconfinement progressif", pourquoi pas pour le retour à l'école. Pour l'heure, Romeo aimerait montrer aux jeunes de son âge disposant également de cet outil qu'avec l'aide de leurs parents, il est possible de transformer le confinement en action utile.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

VIDÉO - Vincent de Koh-Lanta : "J’ai déposé l’expression 'I don’t want this' !"

Laëtitia éliminée de Koh-Lanta : "Le plus surprenant, c'est que ça vienne de Lucie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.