Violence "anti-pass": les pharmaciens appellent à l'apaisement

Violence "anti-pass": les pharmaciens appellent à l'apaisement

DÉBORDEMENTS - Après que des pharmaciens ont été pris à partie en divers points du pays lors des manifestations "contre le pass sanitaire", les syndicats de la profession condamnent et appellent à l'apaisement.

Le saccage de la tente de dépistage d'un pharmacien de Montpellier, samedi 31 juillet, a sonné l'alarme. De plus en plus pris pour cibles par les opposants au pass sanitaire, les pharmaciens ont réagi ce mardi par un communiqué, publié en commun par plusieurs syndicats de la profession. Inquiets des prochaines manifestations, qui trouveront inévitablement des pharmacies sur leurs parcours, ils dénoncent les intimidations et les violences, et appellent à l'apaisement.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Alors que le cortège des manifestants passait devant son officine rue de Maguelone, le pharmacien, qui appelait au calme, avait notamment été traité de "collabo" et de "vendu". Le barnum où s'effectuaient les dépistages avait été secoué, partiellement déchiré, et finalement démonté par le personnel de la pharmacie. Face à ce pic dans les violences et les intimidations dont les pharmaciens sont l'objet, les professionnels expriment aujourd'hui leur indignation dans une déclaration commune, co-signée par l'ordre des pharmaciens et la plupart des syndicats : "Si les craintes à l'égard du vaccin et des privations de libertés peuvent s'exprimer, les professions de santé, pleinement engagées depuis le début de l'épidémie pour protéger au mieux les Français, ne doivent en aucun cas subir les frais de tels actes, choquants et intolérables".

Les pharmaciens "condamnent fermement ces actes de violence et appellent d'une même voix au respect de tous les professionnels de santé". Ils sont d'ailleurs rejoints dans cette approche œcuménique par l'ordre des Médecins, qui condamne "avec la plus grande fermeté" les "actes de violence et d'intimidation visant des médecins, des pharmaciens, d'autres professionnels de santé, et des personnels d'établissements ou de centres de vaccination".

Lire aussi

Depuis le discours d'Emmanuel Macron annonçant la création d'un pass sanitaire, le 12 juillet dernier, la tension s'est accrue pour les professionnels de Santé, tant lors des manifestations qui se sont succédé, que dans l'exercice quotidien de leur profession. C'est donc avec crainte que les pharmaciens voient se profiler de nouveaux rassemblements.

Interrogé par l'AFP sur d'éventuelles mesures préventives pour protéger les officines lors des prochaines manifestations, le ministère de l'Intérieur a assuré qu'"une attention peut-être apportée par le préfet lorsque les pharmacies se retrouvent sur le chemin du cortège".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Guadeloupe : les autorités sanitaires déposent une dizaine de plaintes après des menaces de mort

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.