Accélération de la vaccination : le point sur le nouveau calendrier

Accélération de la vaccination : le point sur le nouveau calendrier

CRISE SANITAIRE - Critiqué, le gouvernement souhaite accélérer le tempo de la campagne de vaccination. Nombre de doses, ouverture de nouveaux centres... que va-t-il se passer dans les prochains jours ?

L'exécutif veut passer la seconde. Accablé de critiques, le gouvernement tente de reprendre la main sur la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France. "Amplifier, accélérer et simplifier", a annoncé, ce mardi le ministre de la Santé Olivier Véran au micro de RTL. Avant la conférence de presse prévue ce 7 janvier, il s'est ainsi engagé à ce que le rythme de la vaccination contre le virus en France "rejoigne celui de nos voisins dans les prochains jours." 

Pour accélérer la cadence, le gouvernement a bouleversé le calendrier de la campagne de vaccination dans l'Hexagone. Après ces changements, difficile de s'y retrouver.  Voici les prochaines étapes.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Depuis le 27 décembre

Pour rappel, le vaccin Pfizer-BioNTech a été validé par l'Union européenne le 21 décembre. Quelques jours après, la campagne de vaccination a été officiellement lancée dans les pays de l'Union européenne. La première phase de cette opération devrait concerner jusqu'à un million de personnes. Parmi les premiers individus concernés, il y a les personnes âgées en Ehpad et en unité de soins de longue durée. Les personnels soignant de ces établissements avec plusieurs facteurs de comorbidité sont aussi concernés par cette première étape du plan de vaccination. 

Début janvier : le premier élargissement

Dès le 4 janvier, les professionnels de santé d'au moins 50 ans ou présentant des maladies chroniques ont pu recevoir la première injection. Une décision prise le 31 décembre et qui constitue le premier élargissement de la campagne de vaccination. Ce mardi matin, le ministère de la Santé a été plus loin en annonçant une deuxième modification : l'élargissement supplémentaire de la campagne aux pompiers et aux aides à domiciles de 50 ans et plus. 

Mais l'accélération de cette campagne de vaccination nécessite des moyens. Le porte-parole du gouvernement a promis que les consultations vaccinales seraient "simplifiées" tout en autorisant les infirmiers à recevoir l'injection "pas forcément en présence d'un médecin", a noté Gabriel Attal sur RTL. En plus de cette déclaration, le vaccin du laboratoire américain Moderna a été validé ce mercredi par l'Agence européenne des médicaments (EMA). "Nous aurons bientôt 500 000 doses de Moderna par mois et nous sommes à l'affût d'autres vaccins pour pouvoir protéger les Français", a ajouté le ministre de la Santé. 

D'ici fin janvier : la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans

Fin janvier, voir début février, il est aussi prévu d'étendre la campagne de vaccination aux cinq millions de Français âgés de plus de 75 ans qui résident à domicile. Selon le plan de vaccination initial, cette catégorie de la population n'était pas concernée par la vaccination avant février ou mars. 

D'ici la fin du mois de janvier, un autre changement a aussi été enregistré. En effet, le gouvernement va mettre en place un système d'inscription pour les Françaises et les Français souhaitant se faire vacciner. Les détails de cette opération seront dévoilés lors de la conférence de presse, prévue ce jeudi. À quoi cela servira-t-il ? Ce dispositif devrait permettre d'ajuster le nombre de doses nécessaires. 

Par ailleurs, la France prévoit d'ouvrir dans deux semaines, 500 centres de vaccinations hors hôpitaux, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. "Nous ouvrons 100 centres destinés à la ville. Ce n'est qu'un début : nous en ouvrirons 300 la semaine prochaine et 500 celle d'après", a avancé Gabriel Attal. Il a rappelé qu'il y aurait entre cinq et six centres par département en France. 

Courant du mois de février - mars : autour des plus de 65 ans

Pour l'instant, aucun changement n'a été annoncé concernant cette période. Selon les autorités, il est encore trop tôt pour prévoir un quelconque aménagement du calendrier pour les autres catégories de population. Comme prévu initialement, les personnes de plus de 65 ans devraient recevoir la première dose du vaccin dans le courant du mois de février. La vaccination des soignants de plus de 40 ans est aussi programmée à cette période. 

Fin du printemps : une ouverture à toute la population

Lire aussi

Toute la population pourra aller se faire vacciner. La priorité sera donnée aux personnes âgées de 50 à 64 ans et les professionnels des secteurs essentiels. D'ici le milieu de l'année prochaine, les autorités espèrent qu'entre 15 et 20 millions de Français seront vaccinés, c’est-à-dire ayant reçu les deux doses prévues.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Covid-19 : le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, mesures renforcées dans 22 autres départements

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Accident de scooter et violences urbaines à Lyon : une enquête confiée à l'IGPN

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter