Ados, cinq conseils pour mieux vous endormir

Ados, cinq conseils pour mieux vous endormir

Santé
DirectLCI
SANTE – Le sommeil est un des facteurs essentiels au bon développement des adolescents. Pourtant, des études récentes constatent que ces derniers ont des troubles de l'endormissement ou des dettes de sommeil. Pour savoir quelles sont les meilleures conditions pour passer une nuit optimale, l'Association pour la literie a commandé une étude dont les résultats viennent d'être publiés.

Créer un environnement propice au sommeil
Bruit, lumière, chaleur… Nombreux sont les facteurs qui perturbent l’endormissement et le sommeil. La lumière a d’ailleurs été identifiée comme une gêne par 42 % des participants et le bruit par 31 % d'entre eux. La chambre doit être un cocon où l'adolescent se sent au calme. Avant se coucher, penser à éteindre toutes les sources de lumière artificielle comme les appareils électroniques, à mettre le téléphone en mode silencieux. Enfin, on l'oublie souvent et notamment en hiver mais il est important de baisser la température de la pièce pour atteindre 16 à 18 °C.

Limiter les nouvelles technologies
On les utilise toute la journée, mais le soir il faut savoir dire stop. De nombreuses études ont déjà démontré que les adolescents qui utilisent un smartphone, un ordinateur ou une télévision le soir dorment en moyenne 30 à 45 minutes de moins que ceux qui n’en ont pas. L’exposition aux écrans dans les heures qui précèdent le coucher empêche de sentir les signes annonciateurs de fatigue et retarde l’endormissement. La meilleure solution est donc de limiter l’utilisation des appareils électroniques dans la chambre à partir d’une certaine heure.

Se détendre avant le coucher
De même, mieux vaut éviter les activités trop stimulantes avant d’aller dormir. Le sport, et les jeux vidéo sont donc déconseillés, ainsi que les repas trop copieux et les boissons excitantes. A l'inverse, l'étude révèle que les adolescents qui privilégient la lecture gagnent en moyenne 24 minutes de sommeil par nuit. L'important est d'être le plus réceptif possible aux signaux de la fatigue (bâillements, yeux qui piquent et qui se ferment…). Plus on est détendu et mois on y résiste pour plonger dans un sommeil réparateur.

Éviter de les forcer
Bien sûr, toutes ces recommandations ne doivent pas leur être imposées. Le sommeil ne doit pas être considéré comme une contrainte. A une période de la vie où les jeunes ont tendance à s’opposer à leurs parents, les soumettre à des obligations ne favoriserait pas un endormissement paisible. Le mieux est encore de laisser le choix de l'heure du coucher, dans la limite du raisonnable.

Avoir un lit de qualité
Selon les résultats de l'étude, un lit adapté permet d’améliorer la quantité et la qualité du sommeil des adolescents. Ainsi, le fait de dormir sur une literie neuve, de grande taille et de qualité, en comparaison avec leur literie d’origine, permettait aux participants de trouver 31 minutes de sommeil en plus, de mettre deux fois moins de temps pour s’endormir et de s'éveiller deux fois moins pendant la nuit. Alors finis les vieux matelas posés à même le sol, hérités du grand frère ou les petits lits datant de l’école primaire…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter