VIDÉO - Affaire Lactalis : Bruno Le Maire demande des contrôles électroniques systématiques aux caisses

MESURES - Après l’échec du retrait de la vente des produits contaminés à la salmonelle, l’Etat a demandé à la grande distribution des explications. Le ministre de l'Economie recevra le patron de Lactalis dans l'après-midi.

L’Etat s’est montré ferme jeudi soir. Sur ordre de l’Elysée, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait convoqué à Bercy les représentants de la grande distribution pour aborder l'affaire Lactalis et la vente de produits contaminés malgré leur rappel. Face à la polémique et aux défaillances,  les participants ont promis un contrôle systématique en caisse des boîtes de lait infantile Lactalis. 


Lors d’un point-presse, Bruno Le Maire avait rappelé dans la matinée que "l'Etat s’était substitué à une entreprise défaillante (…) seule responsable de la qualité et de la sécurité des produits mis sur le marché". Il a souligné par ailleurs avoir dû signer lui-même le 9 décembre un arrêté demandant la suspension de la commercialisation des laits infantiles et le rappel de 600 lots, soit 11.000 tonnes de produits, dont 7.000 destinées au marché français.

Des excuses

Plus tôt dans la journée, le porte-parole de Lactalis, Michel Nalet, avait assuré que le groupe avait travaillé depuis décembre "en parfaite collaboration avec l'ensemble des autorités". Il avait aussi renouvelé les excuses de la société aux parents qui ont acheté du lait susceptible d'être contaminé.

En vidéo

VIDÉO - Lactalis : le géant du lait en chiffres

"Pas suffisant" pour la ministre de la Santé

Dans Le Parisien, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est quant à elle exprimée pour la première fois sur cette crise. Elle s’est dit tout d’abord "étonnée", tout en rappelant que "2.500 contrôles avaient été réalisés sur le territoire" jusqu’à ce jour. Si elle s’est voulue rassurante pour les parents, elle a tancé Lactalis : "Nous verrons quelle est la chaîne de responsabilité. C’est déjà très bien d’avoir présenté ses excuses. Je ne suis pas sûre que cela soit suffisant s’il y a eu des défauts dans la chaîne de surveillance. Il faudra en tirer toutes les conclusions lors des enquêtes. "


L’Ordre national des pharmaciens a d’ores et déjà averti qu’il engagerait des "procédures disciplinaires" en cas de vente de produits visés par rappel. En date du 9 janvier, Santé Publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d’alimentation infantile de Lactalis.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Lait infantile contaminé : Lactalis et la grande distribution face au scandale

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter