Alcool, cannabis, ecstasy : la consommation se banalise au travail

Alcool, cannabis, ecstasy : la consommation se banalise au travail
Santé

PRÉVENTION - Si les pots de départ ou les pauses cigarettes semblent anodins dans la vie de l’entreprise, ces petits moments peuvent cacher des addictions. Selon un sondage, 85% des dirigeants d’entreprises s’inquiètent de la consommation de substances psychotropes par leurs salariés sur leur lieu de travail.

L’alcool, le tabac ou encore les drogues : la consommation de ces substances se banalise dans la sphère professionnelle. Cette tendance inquiète 85% des dirigeants d’entreprise, selon un  sondage  BVA commandé par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

L’alcool est l’addiction la plus crainte par les patrons. La dépendance à cette substance psychoactive peut avoir des conséquences néfastes sur le travail des salariés (manque d’efficacité, accidents du travail, absentéisme…).

Les ouvriers fument, les ouvrières boivent

À l’occasion de la Journée nationale de prévention des conduites addictives en milieu professionnel, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a rédigé une synthèse de la littérature sur les consommations de substances psychoactives au travail. Ce document montre de fortes disparités socioprofessionnelles.

Le tabac est en tête du palmarès des addictions, devant l’alcool et la cocaïne. Chez les hommes, l’ecstasy est davantage consommé par les employés (2,4%), le tabac par les ouvriers (44,6%). Quant aux femmes, les artisans préfèrent les psychotropes (30%) et les ouvrières consomment de l’alcool (12,5%). Les médicaments permettant de lutter contre le stress et de renforcer l’activité cérébrale, sont également très consommés, notamment par les femmes cadres et les femmes des professions intermédiaires.

Élaborer une meilleure prévention

Lorsque la consommation de substances psychoactives est ancrée dans la culture d’entreprise, le phénomène devient très inquiétant. Selon le Baromètre Santé 2010, 18,9% des hommes et 10,3% des femmes ont bu de l’alcool au cours de leur journée de travail en dehors des “pots”. Les salariés qui consomment de l’alcool au moins une fois par semaine représentent 3,5% de l’échantillon interrogé.

Ce tableau des addictions au travail a pour objectif d’améliorer la prévention. Et de sensibiliser les médecins du travail à la formation pour mieux repérer les signes avant-coureurs d’addiction dans le milieu du travail.

À LIRE AUSSI
>>
S'informer le matin plombe votre journée de travail
>>
Les heures sup' augmentent votre risque d'AVC

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent