Alcool : les abstinents davantage touchés par la démence sénile que les buveurs modérés

Santé
DirectLCI
STATISTIQUES - Ceux qui ne boivent pas du tout d’alcool sont plus touchés par la démence sénile que ceux qui en boivent dans des quantités raisonnables, selon une étude publiée mercredi par le British Medical Journal. Pour autant, les auteurs se gardent bien de recommander aux abstinents de commencer à en consommer.

Ce n’est pas une raison pour se mettre à boire mais il semblerait que l’alcool puisse avoir des bienfaits jusqu’ici insoupçonnés tant qu’il est consommé avec modération. Une étude publiée mercredi 1er août 2018 dans le British Medical Journal montre en tout cas que les buveurs modérés sont moins touchés par la démence sénile que les abstinents. 


Pour mener ces recherches, 9087 fonctionnaires britanniques nés entre 1930 et 1950 ont été suivis. Ceux qui ont déclaré n’avoir jamais bu d’alcool entre la trentaine et la cinquantaine ont finalement couru un risque 47% plus élevé d'être atteints par la maladie, par rapport à ceux qui buvaient entre une et quatorze unités d’alcool par semaine -quatorze étant la limite recommandée. A l’inverse, ceux qui ont dit en avoir bu davantage, ont eu un risque encore plus élevé de souffrir de cette perte des capacités cognitives. 

Les vertus du vin en consommation modérée

Ces travaux, qui se limitent à une observation statistique, n établissent pas à ce stade de lien de cause à effet. Précédant toute interprétation hasardeuse, les auteurs de l’étude, sont d'ailleurs très clairs : "En aucun cas, les résultats observés chez les abstinents ne doivent encourager les personnes ne buvant pas à commencer à boire de l'alcool".

En vidéo

Les produits au goût de cocktails alcoolisés dans le viseur des addictologues

En effet, l'alcool engendre de nombreux risques pour la santé, à commencer par les troubles liés à la dépendance, le cancer, la cirrhose ou les maladies cardiovasculaires. Toutefois, le vin sans excès pourrait avoir certaines vertus. D’autres chercheurs pensent que les polyphénols qu’il contient sont bénéfiques pour le système nerveux ou cardiovasculaire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter