Allergies aux pollens : voilà maintenant le retour de l'ambroisie

Santé
POLLENS - Mauvaise nouvelle pour les allergiques ! L'air risque d'être chargé en pollens lors des deux prochaines semaines, notamment dans le Rousillon et en Rhône-Alpes, selon le dernier bulletin aériobologique.

La météo de ces derniers jours, marquée par l'alternance soleil et pluie, devrait favoriser la dispersion des pollens d'Ambroisie (Ambrosia artemisiifolia) dans l'air au cours de la deuxième quinzaine d'août, notamment dans le Rousillon et en Rhône-Alpes, prévient le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dans son dernier bulletin. Le pollen de cette plante invasive, originaire d'Amérique du Nord, provoque de puissantes réactions allergiques. Rhinites, conjonctivites, trachéites, crises d'asthme, etc.

Un véritable cauchemar pour près d'un Français sur cinq. Selon une étude menée par des chercheurs français, publiée en mai dans la revue Nature climate change , la concentration de pollens d'ambroisie pourrait être multipliée par quatre en Europe d'ici 2050. Des zones encore peu touchées, comme le nord de la France, seraient parmi les plus menacées. En cause, les effets du changement climatique. L'ambroisie : la plante allergène qui fera cauchemarder l'Europe en 2050.

EN SAVOIR + >> Allergie aux pollens d'ambroisie : une épidémie d'ici à 2050 ?

D'après son dernier bulletin , le RNSA prévoit un risque allergique de niveau "élevé" du côté du Roussillon et un risque allergique "moyen" localisé dans les régions Lyonnaise et Grenobloise, ainsi que dans la Drôme et l'Ardèche.. En revanche, les zones périphériques seront relativement épargnées pour le moment, avec un risque "très faible à faible". Autrement dit, ces pollens devraient pour le moment ne gêner que les personnes les plus sensibles. Cependant, il faut s'attendre à une augmentation des quantités de pollens dans les semaines à venir.

Les personnes allergiques doivent commencer à prendre leur traitement dès maintenant

Actuellement, la seule manière de lutter contre l'expansion de cette espèce envahissante est de défricher les zones où elle s'implante dès le mois de juin, avant le démarrage de sa floraison en mi-juillet, et de replanter d'autres plantes non allergisantes à l'automne pour éviter qu'elle ne revienne. D'après un rapport de la Commission des Affaires sociales, "les coûts de santé estimés pour la seule région Rhône-Alpes s'élèvent à 15 millions d'euros par an dans le cas de l'ambroisie".

Seule bonne nouvelle, la présence dans l'air de pollens d'urticacées et de graminées se réduit peu à peu, même s'ils restent encore présents avec un risque "très faible à faible" sur la moitié nord et très faible sur la moitié sud de la France. Il est donc conseillé aux personnes allergiques de commencer à prendre dès maintenant leur traitement, avant l'arrivée du gros pic pollinique qui devrait intervenir fin août.

À LIRE AUSSI
>>  Allergies : 3 conseils pour survivre aux pollens
>>  Pourquoi les allergies frappent plus en ville

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter