Alzheimer : comment prévenir la maladie ?

DOSSIER ALZHEIMER
DirectLCI
S’il n’existe aucune méthode pour prévenir efficacement la maladie d’Alzheimer, certaines habitudes pourraient tout de même contribuer à réduire le risque.

Avec 225.000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France, qui viennent s’ajouter aux 900.000 personnes déjà touchées, et sans traitement efficace à la clé, la prévention de la maladie est au cœur de la stratégie anti-Alzheimer. L’élimination des facteurs de risque, comme l’hypertension, le diabète, la sédentarité, le manque de sommeil ou de mauvaises habitudes alimentaires, en fait partie. « Les résultats d’études laissent à penser que l’élimination de ces facteurs de risque permettrait de diminuer de 30 % les cas de maladies d’Alzheimer », souligne la Fondation pour la recherche sur Alzheimer. Alors, faut-il manger du poisson et faire des sudokus tous les jours pour prévenir la maladie ? Éléments de réponses.

Bouger plus

Sans faire de marathon, pratiquer régulièrement une activité physique permet de prévenir les lésions cérébrales en diminuant la glycémie, l’hypertension artérielle et le cholestérol. Des études ont aussi montré que l’exercice physique intense (30 minutes par jour) stimule l’oxygénation du cerveau et donc la formation de nouveaux neurones. Ainsi, nager, pratiquer du yoga, danser, faire du vélo ou simplement jardiner permet de ralentir le déclin cognitif.

Manger sainement

Le rôle de l’alimentation n’est pas neutre dans la survenue de la maladie d’Alzheimer, ont révélé plusieurs études. Mettre régulièrement au menu du poisson, des fruits, légumes et de l’huile d’olive, soit le régime méditerranéen, serait excellent pour la santé cérébrale et pour réduire le déclin cognitif. En clair, consommer des aliments riches en oméga 3 est une bonne chose. Les fruits rouges et les légumes à feuilles sont aussi particulièrement recommandés pour leur richesse en antioxydants, qui permettent de lutter contre les radicaux libres, nocifs pour les neurones. Une étude allemande a aussi montré que réduire d’un tiers de calories absorbées par des personnes âgées permettait de bien meilleurs résultats à des tests de mémoire.

Surveiller son cœur

Les études ont montré un lien entre une mauvaise santé cardiaque et le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Détecter une hypertension artérielle, un diabète ou une hypercholestérolémie offrirait la possibilité de les traiter avant que les dommages ne soient irréparables. L’idéal étant de se faire suivre régulièrement par son médecin traitant.

Bien dormir

Si les recherches tendent à montrer qu’il existe un lien entre les troubles du sommeil et la maladie d’Alzheimer, les scientifiques ignorent encore le lien de cause à effet. Est-ce qu’un mauvais sommeil provoque la pathologie ou est-ce que c’est elle qui entraîne des troubles du sommeil ? Une chose est sûre : « La maladie progresse plus vite chez les patients qui sont privés de la phase de sommeil profond », précise le Dr Nicolas Villain, lors des entretiens d’Alzheimer qui se sont tenus le 4 juin. C’est lors de cette phase que le cerveau mémorise les informations et classe les souvenirs de la veille. Idéalement, un adulte devrait dormir 8 heures par nuit.

Sortir se changer les idées

Voilà une bonne raison de voir ses amis et sa famille plus souvent ! « Les liens sociaux stimuleraient le développement d’un réseau neuronal dense qui permettrait de compenser plus longtemps les lésions induites par la maladie d’Alzheimer », indique la Fondation pour la Recherche sur Alzheimer. Se détendre et éviter le stress quotidien qui déclenche la fabrication excessive de corticoïdes susceptibles de favoriser la destruction des neurones sont donc à mettre au programme.

Stimuler son cerveau

Remuer ses méninges aurait un effet protecteur sur le cerveau : plus une personne a développé ses réseaux de neurones au cours de sa vie, plus l’apparition de la maladie serait retardée. Et pour cause, le cerveau s’adapterait pour compenser la fonction des neurones perdus. Sudoku, bridge, mots fléchés, lecture, yoga, apprentissage du bricolage ou d’une langue étrangère sont autant d’activités qui permettent de travailler la concentration et les capacités mentales.


Si aucun moyen scientifique n’existe pour stopper la maladie, ces quelques recommandations permettent surtout de ralentir les symptômes de la maladie d’Alzheimer.


>> Faire un don pour aider la recherche sur Alzheimer

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter