Anticorps de synthèse : la France autorise deux traitements limitant les formes graves de Covid-19

Un nombre limité de patients pourra disposer de ce traitement, administré uniquement à l'hôpital.

MEDICAMENTS - L'Agence nationale de sécurité du médicament a annoncé ce lundi l'autorisation d'utilisation de bithérapies constituée d'anticorps de synthèse. Elles vont pouvoir traiter précocement les adultes les plus à risque.

C’est la première autorisation, en France, de bithérapies à base d’anticorps de synthèse. Ce lundi, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a annoncé que deux traitements vont pouvoir être utilisés pour les adultes les plus susceptibles de développer des formes graves du Covid-19. Les traitements concernés sont des combinaisons de casirivimab et d'imdevimab, développée par le laboratoire Roche, et de bamlanivimab et etesevimab, par Lilly France.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Les patients concernés doivent présenter des risques accrus "en raison d'une immunodépression liée à une pathologie ou des traitements [chimiothérapie, NDLR] d'un âge avancé ou de la présence de comorbidités", précise l’organisme. Parmi les personnes correspondant aux critères se trouvent les plus de 80 ans, les dialysées, les greffées du rein ou encore obèses de plus de 70 ans.

Des données préliminaires [...] suggèrent un intérêt de ces traitements pour les personnes à haut risque [de] forme grave, quand ils sont administrés au tout début de la maladie - ANSM

L’objectif est d’éviter une hospitalisation voire un transfert en réanimation liés à une aggravation de leur état. L’administration, en perfusion intraveineuse au sein d’un établissement de santé, doit être effectuée dans les cinq jours suivant l’apparition des symptômes.

Lire aussi

Plusieurs précautions sont rendues nécessaires. L’état des patients ne doit pas nécessiter une oxygénothérapie, et ils ne doivent pas être positifs aux variants sud-africain ou brésilien, en raison de doutes sur l’efficacité dans de tels cas. Si la circulation de ces derniers sur le territoire dépasse les 10%, un test de criblage PCR est obligatoire.

L’autorisation accordée est temporaire.Jusqu’à présent, aucun anticorps monoclonal, autre nom de ces anticorps de synthèse, n’a obtenu d’autorisation de mise sur le marché (AMM) dans l'Union européenne pour le traitement du Covid-19, rappelle l’ANSM. Pour ces deux bithérapies, une procédure d'évaluation continue d'une demande d'AMM est en cours à l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Alerte enlèvement : une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

EN DIRECT - États-Unis : Pfizer dit pouvoir livrer 10% de doses de vaccins de plus que prévu d'ici fin mai

Lire et commenter