Anxiété, épilepsie, douleur neuropathique : attention à la dépendance au Lyrica !

Anxiété, épilepsie, douleur neuropathique : attention à la dépendance au Lyrica !

MÉDICAMENT – La prégabaline (Lyrica et génériques) ferait l’objet d’une utilisation abusive à des fins récréatives. Dans ce contexte, l’’ANSM met en garde contre le mésusage, l’abus et la dépendance à ce traitement.

Le Lyrica et ses génériques (prégabaline) peuvent être prescrits à l’adulte pour lutter contre certaines formes d’épilepsie, les troubles anxieux généralisés ou encore les douleurs neuropathiques. Mais ce médicament peut avoir des effets secondaires lourds.

C’est pourquoi l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ( ANSM ) tire la sonnette d’alarme. Elle constate une utilisation croissante de ces médicaments et des signalements de cas d’abus, de dépendance et de mésusage au réseau des CEIP (Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance).

A LIRE AUSSI >>  La musique permettrait de prévenir les crises d'épilepsie

Qu’est-ce qui inquiète l’ANSM ?
- le détournement des prescriptions avec des falsifications d’ordonnance
- l’augmentation de l’utilisation de la prégabaline au sein d’une population à risque (antécédents d’abus ou personnes traitées par des médicaments substitutifs aux opiacés)

A LIRE AUSSI >> 
Scandale des effets secondaires : "15.000 décès par an liés aux médicaments"

Les signes d’abus :
- le développement d’une tolérance
- l’augmentation des doses
- un comportement de recherche du médicament

L’ANSM souhaite donc mettre en garde les professionnels de santé sur les conditions de prescription de la prégabaline. Et notamment chez les patients ayant des antécédents de toxicomanie. Si vous vous sentez triste, si vous avez des difficultés à vous concentrer ou ressentez un autre trouble du comportement, signalez-le à votre médecin.

A noter  des symptômes de sevrage peuvent être observés chez certains patients à l’arrêt du traitement, d’où l’importance de suivre les conseils de son médecin pour diminuer les doses petit à petit.

A LIRE AUSSI
>> 
Un médicament placebo soigne, même quand le patient sait qu'il est inutile
>> 
5 choses à savoir quand on prend du Viagra

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

Covid-19 : Belgique, Italie, Allemagne... l'Europe confrontée au variant Omicron

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.