Vaccination : sept hôpitaux militaires à la rescousse dès le 6 avril

Vaccination : sept hôpitaux militaires à la rescousse dès le 6 avril

ARMÉE - Dès mardi 6 avril, sept hôpitaux militaires de cinq régions françaises ouvriront leurs portes à la population civile dans le cadre de la vaccination, annonce le ministère des Armées.

Pour accélérer la vaccination en France, l'armée a été mise à contribution. Dans le cadre de l'opération Résilience, lancée au printemps 2020 par Emmanuel Macron, sept hôpitaux militaires vont déployer des centres de vaccination à compter de mardi 6 avril, a annoncé ce samedi Florence Parly, la ministre des Armées. De 24.176 doses déjà administrées depuis le début de la campagne vaccinale, le service de santé de la Grande muette espère passer à 50.000 par semaine.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Dans le détail, il s'agit des hôpitaux Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne) et Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), en Ile-de-France ; des hôpitaux de Laveran à Marseille et de Sainte-Anne à Toulon, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur ; de l'hôpital Clermont-Tonnerre à Brest, en Bretagne ; de l'hôpital Legouest à Metz, dans le Grand Est et enfin de  l'hôpital Robert Picqué à Bordeaux, en Nouvelle-Aquitaine.

Le personnel soignant des Armées chargé de vacciner

L'emplacement exact de ces centres n'a pas encore été décidé, ces derniers devant être déployés "dans les zones où cette capacité sera la plus utile", fait savoir la ministre dans un communiqué. "Dans chacun des hôpitaux militaires, l’acte de vaccination sera assuré par le personnel du service de santé des Armées", indique Florence Parly, précisant que "la chaîne logistique sera intégralement assurée par des militaires spécialisés". 

D'après ce communiqué, "le Service de santé des Armées continuera à assurer parallèlement l’ensemble de ses missions, qui comprend notamment la vaccination des personnels civils et militaires du ministère des Armées, ainsi que des militaires du ministère de l’Intérieur comme les sapeurs-pompiers de Paris, les gendarmes ou la sécurité civile". Ces centres militaires de vaccination auront pour objectif "d'administrer jusqu'à 50.000 doses par semaine". À ce jour en France, on dénombre plus de 9,2 millions de primo-vaccinés, dont 3,1 millions de personnes ayant reçu deux doses d'un vaccin contre le Covid-19. 

Lire aussi

Dans son allocution télévisée mercredi 31 mars, Emmanuel Macron a de nouveau fait le point sur le calendrier vaccinal. Alors que les Français de plus de 70 ans sont prioritaires depuis quelques jours, les soixantenaires (de 60 à 69 ans) pourront se faire vacciner le 16 avril prochain. Les cinquantenaires vont devoir patienter jusqu'à la mi-mai tandis que l'ensemble des adultes de plus de 18 ans ne sont pas concernés avant le mois de juin prochain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter