Annoncé comme le premier, le vaccin anti-Covid de Pfizer sera-t-il aussi le plus cher ?

Annoncé comme le premier, le vaccin anti-Covid de Pfizer sera-t-il aussi le plus cher ?

JUSTE PRIX - Développé dans des délais sans précédent, basé sur une technologie nouvelle, le plus attendu des vaccins devrait coûter plus cher que certains de ses possibles concurrents, face à une urgence où les marges de négociation des Etats sont minces.

Si l'efficacité affichée du vaccin co-créé par Pfizer et BioNTech se confirme, si le calendrier de sa sortie est tenu, alors il sera le premier antidote disponible pour enrayer l'épidémie de Covid-19, mais aussi le vaccin de tous les superlatifs : le premier à avoir été développé en si peu de temps, le premier à utiliser aussi la technologie de l'ARN messager, plutôt que les méthodes immunologiques plus courantes dans nos vaccins actuels, dont le développement et l'industrialisation prennent visiblement plus de temps.

Ce coup d'avance donne aussi aux deux laboratoires partenaires une opportunité commerciale sans précédent ou presque... mais à quel prix au final reviendra chaque dose ? Si aucun des candidats-vaccins n'affiche son coût unitaire de prime abord, depuis août dernier, les montants négociés pour les différents projets commencent à se faire jour, au travers des précommandes annoncées par les Etats. Des prix contraints vers le haut par l'urgence et les besoins de financement d'une opération sanitaire sans précédent, quand le temps de création d'un vaccin peut d'ordinaire dépasser allègrement la décennie. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Lire aussi

Ni hors de prix, ni prix coûtant

Ce que l'on sait du prix du vaccin de Pfizer et BioNTech, on le doit aux États-Unis, qui en ont précommandé cent millions de doses, un contrat dont l'administration américaine - contrairement à beaucoup d'autres - n'a pas gardé le prix secret : ce sera presque deux milliards de dollars, soit un coût unitaire de 19,50$ la dose. À raison de deux doses par patient, cela mettrait le coût de la vaccination à 39 dollars, soit 33 euros environ. 

Difficile de comparer un prix négocié sur des centaines de millions de doses par rapport au prix en pharmacie d'un vaccin courant chez nous. Tout au plus peut-on mettre le vaccin anti-Covid de Pfizer dans une moyenne de ce qui existe aujourd'hui, quand un vaccin anti-grippal coûte entre 6 et 11 euros, un DT-Polio autour d'une vingtaine d'euros, une quarantaine d'euros pour la fièvre jaune, et jusqu'à une centaine d'euros pour des vaccins moins courants, comme celui contre l'encéphalite japonaise.

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Un vaccin contre le Covid-19 : les prochaines étapes

Quand on le compare à ce que l'on sait du prix des autres candidats-vaccins aussi, l'offre de Pfizer est dans la moyenne, à comparer aux contrats signés par l'américain Novavax pour 16 dollars la dose. Pourtant, il y a bien moins cher : certains laboratoires, comme l'anglais AstraZeneca, ont ainsi promis qu'ils fourniraient leur vaccin à prix coûtant, soit à 4 dollars la dose pour le britannique. L'Américain Johnson&Johnson promet lui de livrer son éventuel vaccin au tarif de dix dollars la dose.

Mais attention, le vaccin de Pfizer-BioNTech est d'abord à comparer avec l'autre candidat-vaccin qui utilise l'ARN messager, celui de Moderna, proposé à un tarif tout autre. Selon des documents financiers publiés par l'entreprise, elle viserait un prix par dose quelque part entre 32 et 37 dollars, là encore à multiplier par deux pour couvrir le coût d'une vaccination complète. Un prix que les analystes jugent aujourd'hui intenable : en publiant ses résultats de tests de phase 3, et en promettant des premières doses disponibles à court terme, Pfizer a pour ainsi dire fixé un prix de marché que d'autres pourront difficilement dépasser. Mais même à ce prix là, le laboratoire pourrait engranger plus de 15 milliards de dollars de revenus, s'il tient ses promesses, et s'il arrive à faire face à la demande.

Un coût de distribution qui pourrait jeter un froid

Et encore, ce calcul-là ne prend pas en compte le besoin éventuel de rappels vaccinaux, que l'on ne peut encore évaluer, car il faudra que les études aient le recul du temps pour savoir combien de temps la protection du vaccin reste suffisante. Autre inconnue : le prix que d'autres pays paieront pour ce même vaccin, si aucun autre candidat en cours de test aujourd'hui n'arrive sur le marché, ce qui là aussi pourrait faire bouger les lignes.

En temps normal, sur des projets de vaccins dont le développement peut prendre entre huit et vingt ans, le coût moyen pour le laboratoire peut varier entre un et quatre milliards d'euros. Un pari financier qui ne réussit pas à tous les coups. Il est des maladies pour lesquelles ces milliards n'ont pas permis d'aboutir à un vaccin, on pense par exemple au HIV, mais aussi à d'autres Coronavirus. Et même les projets qui aboutissent ne garantissent pas un succès commercial. 

Surtout, l'invention du vaccin proprement dit n'est ici que la moitié du pari industriel que représente une campagne de vaccination de si grande ampleur. Si la plupart des vaccins courants doivent être conservés au réfrigérateur et garantir la préservation de la chaîne du froid, la technologie d'ARN messager utilisée ici pourrait demander des conditions de transport et de conservation là aussi sans précédent à l'échelle de ce que sera sa distribution. Un détail qui pourrait largement allonger la facture.

En effet, pour être acheminé à destination, le vaccin de Pfizer devrait être conservé à une température de -70 degrés. Stocké à température de réfrigérateur, il perdrait son efficacité en 24 heures seulement. On voit donc mal comment il pourrait être administré en cabinet médical ou en pharmacie, les vaccinations pourraient n'être faites que dans des hôpitaux équipés des congélateurs nécessaires. Autant d'obstacles à la plus large campagne de vaccination du siècle. Au défi scientifique et industriel va venir s'ajouter celui de la logistique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Joe Biden attendu à la tribune de l'ONU

Crise des sous-marins : le contrat américain est-il meilleur que le français ?

"On est ici comme des mendiants, en train de vous supplier" : Macron interpellé durant son discours sur les Harkis

EN DIRECT - Covid : le QR Code d'Emmanuel Macron diffusé sur les réseaux sociaux

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.