Attentats de Paris : comment réagir avec ses enfants ? Les conseils de Marcel Rufo

Attentats de Paris : comment réagir avec ses enfants ? Les conseils de Marcel Rufo

DirectLCI
PSYCHO – Face à la violence des événement du 13 novembre de nombreux parents se retrouvent souvent démunis pour expliquer à leurs enfants ce qui s'est passé. Le célèbre pedopsychiatre Marcel Ruffo explique pour metronews comment il faut s'y prendre.

Les morts. Les cris. Les larmes. C'est toute la France qui aujourd'hui se réveille traumatisée par les attentats du vendredi 13 novembre qui ont fait 129 morts et 352 blessés. Face à l'horreur tout le monde est démuni et plus particulièrement les parents qui se retrouvent à faire face aux questions des plus petits.

Pour relever ce défi particulièrement délicat, le pédopsychiatre Marcel Rufo nous a donné quelques clés pour que les plus jeunes ne restent pas traumatisés par ces actes d'une violence inouïe et qu'ils puissent reprendre leur vie d'enfant le plus rapidement possible.

► Faut-il dire la vérité ?
On ne le répétera jamais assez. Il ne faut jamais mentir aux enfants. Il est tentant de vouloir les protéger mais soyez conscients que c'est la pire chose à faire quelle que soit la situation. "Il faut toujours dire la vérité aux enfants. Ils comprennent systématiquement qu'on leur cache quelque chose et dans ce cas-là, ce qui va les inquiéter, c'est ce qu'on leur dissimule, explique Marcel Rufo. La vérité protège de la notion de crainte." Et le médecin de poursuivre : "de plus comment voulez-vous dissimuler l'existence même des attentats avec les chaînes d'info en continu  et autres réseaux sociaux  ?"

► Comment parler de la mort ?
Quand à la question épineuse de comment parler de la mort, "Les enfants appréhendent la notion de mort vers 5-7 ans. Il faut rester vigilants avec les 15% d'enfants environ qui sont considérés comme anxieux et qui pourraient plaquer des craintes sur leur propre mort ou celles de leurs proches sur ces événements."

EN SAVOIR + 
>>  Attentats : les réflexes à avoir pour en parler aux enfants >>  Attentats de Paris : comment les profs vont-ils en parler aux élèves ?

S’il convient d'opter pour la transparence avec les enfants,  il faut néanmoins choisir ses mots et ne pas les inonder d'informations et de détails macabres. Car il faut également prendre en compte que face à l'horreur de ce vendredi 13 novembre les adultes aussi sont fortement ébranlés et il peut être plus difficile de les rassurer. "Notre fonction d'adulte face aux enfants c'est la réassurance. Mais il n'est pas interdit de se montrer ému par ces terribles événements. Le pire serait de rester totalement froid car cela pourrait affoler les enfants."

► Continuer à vivre normalement
Alors quel discours et quelle attitude tenir concrètement pour les rassurer ? "Il faut leur parler de l'Etat et de la police et leur dire que l'on peut avoir confiance dans notre pays pour nous protéger. Il faut également continuer d'investir les lieux de loisirs comme d'habitude. Les parents doivent continuer à vivre normalement pour que les petits se sentent en sécurité."

► Les signes qui doivent vous alerter
Pour finir restez vigilants. Si votre enfant manifeste un changement de comportement radical, qu'il a tendance à adopter des attitudes régressives (pipi au lit etc...) n'hésitez pas à consulter. "Après tout, certains adultes bénéficient de cellules psychologique alors pourquoi les enfants les plus fragilisés par ces événements ne pourraient pas, eux aussi, être aidés ?" conclue Marcel Rufo.  

À LIRE AUSSI
>> DIRECT - Tous les événements en temps réel >>  Notre dossier complet consacré aux attentats de Paris

Plus d'articles

Sur le même sujet