"Aucune preuve" que la nouvelle souche de Covid-19 soit plus contagieuse

Le virus mutant circule-t-il déjà en France ? Les vaccins le contreront-ils ?

MUTATION DU VIRUS - Moncef Slaoui, le "monsieur vaccin" de Donald Trump a indiqué que les premiers travaux effectués par les experts américains sur la nouvelle souche du virus ne démontrent pas une plus forte contagiosité que les autres.

Pas d'inquiétude particulière à ce stade des recherches. Les experts américains ont commencé à étudier la nouvelle mutation du Covid-19 repérée notamment en Royaume-Uni, mais ils ne sont pour l'instant pas convaincus qu'elle soit plus contagieuse que les autres, a indiqué lundi 21 décembre un haut responsable américain.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

"Il n'y a pas de preuve tangible que ce virus soit effectivement plus contagieux, [mais] il y a des preuves claires qu'il est plus répandu dans la population", a déclaré le conseiller principal du programme gouvernemental de vaccination, Moncef Slaoui, au cours d'une conférence de presse. 

Ce qui est clair, c'est qu'il n'est pas plus pathogène- Moncef Slaoui, "monsieur Vaccins" de la Maison Blanche

Plusieurs pays ont fermé leurs frontières au Royaume-Uni, mais Moncef Slaoui a estimé qu'il était possible que la mutation soit répandue depuis longtemps dans le pays - mais que les scientifiques n'avaient pas commencé à la rechercher jusqu'à présent, créant ainsi l'impression d'une flambée lorsqu'ils l'ont fait.

"On ne le sait pas encore", a ajouté Moncef Slaoui. Cette nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni a semé l'inquiétude, des dizaines de capitales annulant les vols avec ce pays. Pour cet expert des vaccins, ancien haut responsable dans l'industrie pharmaceutique, "ce qui est clair, c'est qu'il n'est pas plus pathogène", c'est-à-dire qu'il ne provoque pas une forme plus grave de la maladie. 

Des tests menés avec les anticorps prélevés de malades

Les Instituts nationaux de santé américains (NIH) sont en train d'étudier cette nouvelle souche en laboratoire pour déterminer si les anticorps efficaces contre la mutation la plus commune du Covid-19 resteront efficaces contre elle, "ce qui sera très probablement leur conclusion", a-t-il noté.

Les tests, qui seront menés avec des anticorps prélevés sur des malades du Covid-19 guéris, provoqués par des vaccins et des anticorps synthétiques, prendront plusieurs semaines. L'expert américain a expliqué que les anticorps produits par les vaccins resteraient efficaces car ils sont conçus pour se fixer sur plusieurs zones d'une "spicule" du coronavirus, cette pointe si reconnaissable qui se trouve à sa surface et lui permet de s'attacher aux cellules humaines pour les pénétrer.

Appel à la vigilance

Les probabilités qu'une simple mutation du virus affecte toutes ces zones à la fois sont "très faibles", a-t-il estimé. "Mais il est impossible d'exclure qu'un jour, quelque part, un virus parvienne à échapper à la réponse protectrice provoquée par le vaccin, c'est pourquoi nous devons rester vigilants." 

Lire aussi

Par ailleurs, Moncef Slaoui a annoncé que les NIH allaient mener des études cliniques sur des individus très allergiques pour voir comment ils répondent aux vaccins de Pfizer et Moderna. Plusieurs cas de réactions allergiques ont été signalés aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, 22 autres départements soumis à des mesures renforcées

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

EN DIRECT - Covid-19 : avec 3.633 patients concernés, le nombre de malades en réanimation reste stable

Séisme en Nouvelle-Zélande : alerte au tsunami en Nouvelle-Calédonie et dans tout le Pacifique

CARTE - Covid-19 : trois nouveaux départements sous "surveillance renforcée", 23 concernés au total

Lire et commenter