AUDIO - Confinement : "Les Français prennent ça trop à la légère", déplore Emmanuel Macron

AUDIO - Confinement : "Les Français prennent ça trop à la légère", déplore Emmanuel Macron
Santé

RALLONGEMENT – Emmanuel Macron tient, ce vendredi matin, un Conseil de défense afin de faire un point sur le confinement face à l’expansion du coronavirus en France. Le chef de l’Etat pourrait également décider de durcir les règles.

Le confinement va-t-il se prolonger au-delà des deux semaines initiales ? Très probablement. Un nouveau Conseil de défense est organisé ce vendredi à 11h autour du coronavirus. Le principal sujet abordé pourrait être un durcissement et une prolongation des mesures de confinement que les autorités estiment insuffisamment respectées.

Le président de la République et son Premier ministre Edouard Philippe tiennent ce Conseil de défense au ministère de l’Intérieur en présence des principaux ministres concernés, dont Olivier Véran (Santé), Bruno Le Maire (Economie et Finances), Christophe Castaner (Intérieur) ou encore Florence Parly (Défense). La question du confinement en place depuis mardi sera au cœur des échanges. Mise en place pour ralentir l’épidémie, la règle est encore largement transgressée par beaucoup de personnes. Les ministres pourraient décider de rallonger la durée du confinement au-delà du 31 mars.

Lire aussi

En visite à l’Institut Pasteur de Paris, jeudi 19 mars, Emmanuel Macron a jugé que beaucoup trop de Français prennent "à la légère" les consignes et continuent de traîner dehors. "Quand je vois que des gens continuent à aller au parc, à la plage ou à se ruer sur les marchés ouverts (c’est qu’) ils n'ont pas compris les messages", a déploré le chef de l’Etat, estimant que trop de personnes "abusaient" des autorisations de sortie et que les mesures "n’étaient pas assez respectées". "Ils ne veulent pas réaliser ou ne réalisent pas que c'est à la fois pour eux et pour protéger ses proches. Il faut qu'on responsabilise. Etre citoyen, c'est ça," a rappelé le président de la République.

En vidéo

Confinement : vers un couvre-feu ?

Des propos relayés par le Pr Salomon, Directeur général de la Santé : "Plus nous serons mobilisés, plus nous casserons vite la courbe épidémique, c'est un combat collectif".

"Je dis aux gens : restez chez vous si vous ne voulez pas vous retrouver aux urgences ou en réanimation", a martelé sur TF1 le Pr Philippe Juvin, chef du service des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris.

En vidéo

Pr Philippe Juvin : "Ça fait plusieurs jours que je demande un confinement total"

Le monde médical veut un durcissement

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Le monde médical appelle désormais à une prolongation du confinement pour enrayer l’épidémie et soulager les hôpitaux, notamment les services de réanimation. Geneviève Chêne, la directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France, a estimé qu’aller au-delà des deux semaines initiales "sera très vraisemblablement nécessaire". Selon elle, il faudra attendre "entre 2 et 4 semaines" pour en observer les effets sur la dynamique de l'épidémie. Même son de cloche du côté de l'Intersyndicale nationale des internes (INSI). L'INSI a appelé les autorités à "cesser les demi-mesures et les discours équivoques" et demandent un "confinement total et absolu de l'ensemble de la population". "Moins le confinement sera strictement appliqué, plus les réanimations seront saturées, plus nous devrons faire des choix", préviennent-ils.

Des préfets ont commencé, jeudi 19 mars, à prendre des mesures pour interdire l’accès aux forêts ou plages au public. Ce vendredi matin, les forces de l'ordre ont commencé à interdire l'accès des quais de Seine aux joggeurs, a pu constater LCI.

La France a enregistré 108 décès supplémentaires en 24 heures, portant le total à 372 depuis le début de l’épidémie de Covid-19. Au total, plus de 10.000 cas de contamination ont été recensés, dont au moins 4.761 hospitalisations. Mais le ministre de la Santé estime que le chiffre pourrait être deux fois plus important.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent