"Personne ne croyait vraiment à tout ça" : des chirurgiens français réussissent une greffe de trachée, une première

DirectLCI
MEDECINE - Une équipe de chirurgiens français a mis au point une technique permettant de reconstituer une trachée, offrant ainsi à de nombreux malades la possibilité de respirer à nouveau normalement.

C’est une prouesse : ils ont réussi à reconstruire une trachée. Et ainsi permettre de respirer. Une équipe de chirurgiens français a, pour la première fois, greffé un organe respiratoire à certaines malades qui n’avaient aucune solution de traitement. 


Cette avancée des techniques de greffe, réalisée par le Pr Emmanuel Martinod de l'hôpital Avicenne (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) avec son équipe, a permis de guérir plus d’une dizaine de patients qui vivaient avec une trachéotomie. Leur technique a été présentée dimanche au congrès de la Société américaine à San Diego (États-Unis).

On est allé de surprise en surprisePr Emmanuel Martinod

"Les organes artificiels (...) c'est vraiment ce qui va révolutionner la médecine", dit le Pr Emmanuel Martinod. Son choix a été de transformer par "ingénierie tissulaire" des aortes, plus grand canal sanguin du corps humain, en trachées, un conduit du système respiratoire.


Les aortes avaient été prélevées sur des donneurs décédés, et cryogénisées (conservées à -80°C). Leur tissu a été greffé à la place d'une trachée préalablement retirée. "On est allé de surprise en surprise, puisque dans un premier temps on a vu une régénération d'épithélium, qui est la couche la plus superficielle", décrit le Pr Martinod. "Et ensuite, ça, ç'a été la plus grosse surprise : l'aorte s'est transformée en trachée", se mettant d'elle-même à assurer les fonctions respiratoires. "Ce n'est pas de la magie", mais "personne ne croyait vraiment à tout ça", ajoute-t-il.

Des patients en "impasse thérapeutique"

Éric Volery, 40 ans, a été greffé en 2011. Il faisait partie de ces patients dits en "impasse thérapeutique". Atteint d'une sténose trachéale qui l'étouffait, il avait subi des opérations en vain, le laissant sans autre perspective que de respirer pour le restant de ses jours avec un trou sous la gorge. "J'étais en arrêt-maladie. Je pouvais parler seulement en mettant le doigt sur la trachée", donc en apnée, se souvient-il. Éric Volery est aujourd’hui en parfaite santé, appréciant par exemple de "courir 45 ou 50 minutes".


"Aujourd'hui la communauté scientifique pense qu'au lieu d'utiliser un bioréacteur externe [dispositif qui recrée des conditions biologiques], de faire tout en dehors du corps humain, il faut utiliser ce magnifique corps, qui est capable de réparer lui-même", relève le Pr Martinaud.

Un précédent avait fait polémique

Il y a quelques temps, un chirurgien italien, le Pr Macchiarini, avait tenté de reproduire la même prouesse, mais ses interventions manquées avaient fait scandale. Sa technique consistait à cultiver "ex vivo", en laboratoire, une trachée plastique "colonisée" par des cellules souches du patient. Mais sept des huit patients opérés entre 2011 et 2014 par ce chirurgien sont morts. La trace du huitième a été perdue. 


La révélation de fraudes dans la présentation de ses résultats a été catastrophique pour la réputation de l'Institut Karolinska de Stockholm, son employeur de 2010 à 2016. Pour préserver du scandale le jury du prix Nobel, abrité par cet institut, des responsables ont démissionné en admettant leur manque de vigilance ou leur inertie.


L'équipe parisienne se prévaut aujourd'hui de la transparence dans sa présentation, publiée dimanche dans la revue médicale américaine Jama Elle a attendu longtemps pour présenter les résultats d'opérations effectuées en 2009 et 2017.

Sur 20 patients sélectionnés, atteints de cancer ou d'autres maladies, sept ont finalement bénéficié d'un traitement plus classique, sans greffe d'aorte.


Sur les treize autres, cinq se sont vu reconstruire une trachée, sept des bronches souches (les plus proches de la trachée), et le dernier une carène trachéale (bifurcation entre bronches gauche et droite). A chaque fois à partir d'une aorte.

"La mortalité à 90 jours a été de 5%. Il n'y a eu aucune complication grave (...) La grande majorité des patients respire aujourd'hui à l'aide du greffon qui s'est transformé", résume l'AP-HP.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter