Bientôt terminée, l'épidémie de grippe est à l'origine de 7 200 décès

Santé
RAPPORT - Santé Publique France a annoncé dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire la fin imminente de l'épidémie de grippe, qui aurait causé la mort de 7 200 personnes jusqu'au 3 mars dernier. Un chiffre en baisse par rapport à l'an dernier, où 12 982 décès étaient imputables à la maladie.

Déjà terminée en Bourgogne-Franche-Comté, en Corse et en Île-de-France depuis la semaine dernière, l'épidémie de grippe touche à sa fin en France métropolitaine, les autres régions étant en phase post-épidémique, a annoncé ce mercredi Santé publique France. Dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire, l'organisme public a indiqué que l'épidémie aurait causé près de 7 200 décès jusqu'au 3 mars.


Toujours selon Santé Publique France, tous les indicateurs de l'activité grippale, à savoir le taux de consultation, les passages aux urgences ou encore les hospitalisations sont en "franche diminution". En revanche, l'épidémie se poursuit aux Antilles, ayant notamment enregistré quatre décès de patients admis en réanimation en Guadeloupe. Contrairement aux années précédentes, l'épidémie a démarré tardivement, en janvier dernier.

Un hiver moins meurtrier que l'an dernier

Avec 7 200 morts, elle a fait beaucoup moins de dégâts par rapport à l'année dernière. L'hiver 2017-2018 a été marqué par une sévère épidémie avec 12 982 décès attribuables à la grippe, dont 85% chez les plus de 75 ans. Lors de ce même hiver, la grippe avait également causé 2 770 cas graves en réanimation.


Dans son bulletin, Santé Publique France indique également avoir recensé 405 cas de rougeole depuis le 1er janvier. Un chiffre en net recul par rapport à 2018. A la même période, la rougeole avait touché 1 156 personnes selon le point de situation de l'agence sanitaire, contre 2 800 sur toute l'année, dont trois décès. Depuis fin 2017, la maladie a gagné du terrain à la faveur d'une diminution de la couverture  vaccinale, alors qu'elle était en baisse constante de 2012 à 2016. La semaine dernière, la rougeole a causé son premier décès en 2019, frappant une personne immunodéprimée et non-vaccinée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’épidémie de grippe saisonnière

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter