Bill Gates prédit l'abandon du latex dans les préservatifs du futur

Bill Gates prédit l'abandon du latex dans les préservatifs du futur
Santé

SEXE - Pour encourager davantage les hommes à se protéger pendant un rapport, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, est la recherche d'un projet innovant pour mettre au point une nouvelle génération de préservatifs. Le dernier projet retenu promet un tout nouveau contraceptif à base d'hydrogel, une matière qui apporte plus de douceur et de souplesse.

Le préservatif tel qu'on le connaît pourrait-il être prochainement remplacé par une version plus performante ? C'est bien ce qu'espère Bill Gates. Le fondateur de Microsoft, désormais engagé à temps dans des actions caritatives, notamment la lutte contre le sida, vient de faire un don de 100 000 dollars (77 000 euros) à une équipe de scientifiques australiens. Membres de l’université de Wollongong, ils travaillent actuellement à l'élaboration du "préservatif du futur" et ce soutien financier de taille pourrait bien leur permettre de mener leur projet à termes.

La lutte contre le VIH est l’une des priorités de la Fondation Bill et Melinda Gates. Une partie de ces fonds est destinée à soutenir "les efforts visant à réduire l’incidence mondiale du VIH de façon considérable et durable". Ainsi en 2013, Bill Gates lançait un appel pour la création d'un préservatif nouvelle génération, plus agréable et plus facile d'utilisation. Un projet qu'il financera lui-même. En tout, onze prototypes ont retenu son attention, dont celui des chercheurs australiens, présenté dans une vidéo de l'université.

"C'est un véritable challenge"

Leur préservatif est fait à base d'hydrogel, une matière composée à 95 % d'eau et notamment utilisée pour les lentilles de vue. Elle serait tout aussi résistante que le latex mais plus douce et plus souple. De quoi permettre une plus grande sensation de "seconde peau" pendant un rapport sexuel  et donc plus de plaisir. "Il s'agit d'un challenge pour nous en particulier parce que cette nouvelle technologie pourra être déployée dans des endroits comme l'Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est", explique le Dr Robert Gorkin, qui dirige le projet.

Parmi les autres "capotes 2.0" retenues figurent le préservatif à tendon de bœuf, le préservatif à mémoire de forme qui épouse parfaitement le sexe dans lequel il est imbriqué, ou encore un préservatif ultrarésistant en graphène. D'ici 2015, les projets les plus aboutis bénéficieront d'une nouvelle subvention de 1 million de dollars. Mais certains n'attendent pas l'approbation de Bill Gates pour relever le défi : un américain du nom de Charlie Powell a lancé une campagne de financement pour commercialiser son "Galactic Cap" , qui recouvre uniquement l'extrémité du pénis.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent