Boum des intoxications liées aux champignons

Boum des intoxications liées aux champignons

Santé
DirectLCI
ATTENTION - Les intoxications liées aux champignons ont "fortement augmenté", alerte l'Anses. Au cours des deux dernières semaines, près de 250 cas ont été recensés. L'Agence nationale de santé appelle donc à la vigilance.

Il est beau, rond, parfois marron ou dans une autre teinte automnale, il font envie et on le verrait bien dans une poêlée et pourtant... il est toxique. De nombreuses personnes se sont aventurées à cueillir des champignons, ces dernières semaines. Si pour certains, ce fut un régal, pour d'autres ce fut un aller simple pour l'hôpital. 


Ce vendredi, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail, a émis une alerte, face aux nombreuses intoxications recensés dans les centres antipoison de France. Ces deux dernières semaines, ce sont près de 250 cas qui ont été traités. En règle générale, ce sont entre 5 à 60 cas hebdomadaires qui sont rapportés.

Des intoxications liées à une confusion avec des champignons comestibles

"Ces intoxications résultent, dans la majorité des cas, d’une confusion avec des champignons comestibles, d’où l’importance de rester vigilant, que l’on soit connaisseur ou que l’on pratique la cueillette ponctuellement", indique l'Agence de santé dans un communiqué. 


Et les conséquences peuvent être dramatiques : pouvant aller du simple trouble digestif à la nécessité d'avoir un greffe. "Sept cas graves ont été enregistrés depuis le mois de juillet 2018, dont quatre ces deux dernières semaines", précise l'agence. Alors il faut se montrer vigilant et se faire accompagner par un mycologue, au besoin, dans cette activité de cueillette. 

Les règles à respecter impérativement pour éviter les intoxications

Et l'ANSES ainsi que la Direction Générale de la Santé de rappeler ces bonnes pratiques à respecter : 


- Ne ramasser que les champignons que vous connaissez parfaitement : certains champignons vénéneux hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles. 


- Au moindre doute sur l’état ou l’identification d’un des champignons récoltés, de ne pas consommer la récolte avant de l’avoir fait contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés


- Cueillir uniquement les spécimens en bon état et de prélever la totalité du champignon (pied et chapeau), afin d’en permettre l’identification 


- Ne pas cueillir les champignons près de sites pollués (bords de routes, aires industrielles, décharges) ;

- Bien séparer par espèce les champignons récoltés pour éviter le mélange de morceaux de champignons vénéneux avec des champignons comestibles 


- Déposer les champignons séparément, dans une caisse ou un carton, mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement 


- Se laver soigneusement les mains après la récolte 


- Conserver les champignons à part et dans de bonnes conditions au réfrigérateur et de les consommer dans les deux jours au maximum après la cueillette 


- Consommer les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante et de ne jamais les consommer crus et 

ne jamais proposer de champignons cueillis à de jeunes enfants.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter