Pfizer va-t-il afficher 15 milliards de revenus grâce à son vaccin Covid ?

JACKPOT - Très critique vis-à-vis de la Commission européenne, Manon Aubry a expliqué que Pfizer allait enregistrer des profits impressionnants grâce à son vaccin contre le Covid-19. 15 milliards de dollars de chiffre d'affaires ? C'est vrai.

JACKPOT - Très critique vis-à-vis de la Commission européenne, Manon Aubry a expliqué que Pfizer allait enregistrer des profits impressionnants grâce à son vaccin contre le Covid-19. 15 milliards de dollars de chiffre d'affaires ? C'est vrai.

L'eurodéputée de la France insoumise Manon Aubry a pris la parole devant ses collègues lors d'une plénière, interpellant la présidente de la Commission européenne. La stratégie européenne sur les vaccins est un "fiasco", estime-t-elle, dénonçant à la fois l'opacité des négociations avec les différents laboratoires, et un manque de régulation des instances. La Commission, assure-t-elle, "s'est totalement couchée devant les labos".

Dans son intervention, depuis relayée sur sa page Facebook et repartagée par plusieurs dizaines de milliers d'internautes, elle fustige notamment les résultats financiers impressionnants de Pfizer, dont le vaccin a été le premier à être distribué sur le Vieux Continent. Manon Aubry a évoqué les "15 milliards de chiffre d'affaires" enregistrés par l'entreprise grâce à son vaccin, sur lequel elle réalise "20 à 25% de marge". Des profits conséquents qui interpellent sur les réseaux sociaux, et qui interrogent dans le contexte actuel. Il s'agit toutefois d'informations avérées, communiquées par Pfizer en personne.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

La vitesse a payé

Dans son intervention, Manon Aubry a utilisé des chiffes qui s'avèrent tout à fait fiables. Et pour cause : ils ont été fournis directement par Pfizer. Cotée en bourse, l'entreprise est tenue de communiquer régulièrement auprès de ses actionnaires, et de faire preuve de transparence dans ses résultats financiers. Lors de la présentation des chiffres pour le 4e trimestre 2020, intervenue le 2 février le laboratoire a ainsi fait le point sur les profits générés par son vaccin contre le Covid-19.

Premier à avoir été autorisé par l'Agence européenne du médicament, il va permettre à Pfizer d'aborder confortablement les mois qui viennent. En effet, les ventes prévues pour l'année 2021 doivent avoisiner les 15 milliards de dollars. Le laboratoire précise par ailleurs que pour ce vaccin en particulier, il prévoit de dégager une marge avant impôt d'environ 25 à 30%.  

Lire aussi

"Notre capacité à agir rapidement et à utiliser les sciences les plus avancées pour aider à faire face aux défis médicaux les plus importants a été mise à l'épreuve par la pandémie de Covid-19", a estime le PDG du groupe, Albert Bourla. 2020 est présentée comme une année symbolisant l'évolution de l'entreprise, qui se décrit aujourd'hui comme "purement axée sur la science et l'innovation". Des déclarations qui s'adressent en priorité aux actionnaires, dont les dividendes devraient être revus à la hausse, mais qui ont eu le don d'agacer une partie de la classe politique.

Une toute-puissance dénoncée

Les propos de Manon Aubry font écho à ceux d'une partie de l'opposition, en particulier chez des responsables de gauche et d'extrême gauche. Depuis des mois, des élus interpellent la Commission européenne, déplorant que les contrats noués avec les laboratoires ne soient pas rendus publics. Lorsqu'ils le sont, on constate par ailleurs que de larges paragraphes sont cachés, convoquant le respect du secret des affaires, afin de garder à l'abri des regards les informations les plus sensibles.

"Ce n’est pas dans notre intérêt de dévoiler à certains laboratoires ce que l’on a négocié avec d’autres", estime la Commission, se refusant à une totale transparence. Comme l'indiquait LCI en décembre, elle campe sur cette position, soulignant que "la divulgation d'informations commerciales sensibles nuirait également à la procédure d'appel d'offres et serait potentiellement lourde de conséquences pour la capacité de la Commission à mener à bien ses tâches telles qu'elles sont définies dans les instruments juridiques qui constituent la base des négociations"

Dans ce dossier, plusieurs visions politiques s'opposent : celle de la Commission tout d'abord, qui défend une libre concurrence et une approche libérale de la situation en négociant avec les laboratoires. À l'inverse, des militants parmi lesquels figurent des représentants communistes ou insoumis estiment que les vaccins devraient constituer des biens communs, et que les habituelles lois qui régissent d'ordinaire le marché devraient être dépassées. Des appels à la libération des brevets ont ainsi été lancés ces derniers jours, de sortes que les vaccins puissent devenir des génériques et être produits à plus large échelle. 

Une volonté que ne partage pas la Commission, ni d'ailleurs la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. À ses yeux, le véritable sujet de "blocage" concerne le fait de "trouver des sites de production en capacité de fabriquer" les vaccins. "Supprimer les brevets est une fausse bonne idée", estime-t-elle. 

En résumé, il est donc exact que Pfizer va réaliser des profits importants liés à la vente de son vaccin. Plusieurs milliards de bénéfice net sont à prévoir en 2021, au grand dam de responsables politiques parmi lesquels Manon Aubry, qui plaide pour faire des vaccins un bien commun dans la période de pandémie actuelle. Une position qui se trouve aujourd'hui à l'encontre de celle défendue par la Commission européenne, et qui n'est pas non plus défendue par les responsables de la majorité en France. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Lire et commenter