Budget santé : les Français trinquent

Budget santé : les Français trinquent

DirectLCI
MEDECINE - Selon le baromètre Sofinscope pour metronews, de plus en plus de Français affichent un budget santé en baisse, car leurs pratiques évoluent toujours un peu plus pour rechercher des alternatives moins onéreuses en France… ou à l’étranger.

Une baisse et des renoncements. Voilà comment les Français analysent leur budget santé selon le dernier Sofinscope – baromètre OpinionWay pour Sofinco*. Interrogé sur le montant des dépenses en la matière, près de 6 sondés sur 10 ont le sentiment que celui-ci a augmenté. Pourtant, avec un budget annuel moyen restant à leur charge* estimé à 523 € par an, ils ont légèrement moins dépensé ces deux dernières années (auparavant 568 €).

Un paradoxe qui s'explique par "un sentiment général sur le pouvoir d'achat qui s'érode", explique Julien Goarant, directeur d'étude chez OpinionWay. Cette impression traduit un certain pessimisme". Pour réduire les dépenses, ils ont recours de plus souvent au système D. Ainsi, près d’un Français sur deux explique qu’il a dû repousser ou renoncer à l’achat de lunettes, de lentilles ou de prothèses dentaires. De même, un tiers s’est vu dans l’obligation de décaler ou d’abandonner une visite chez un spécialiste.

Place aux solutions alternatives

Conséquence, 86 % des personnes interrogées disent avoir observé des modifications dans leurs habitudes en matière de santé. Quitte à se tourner vers des solutions alternatives comme les médicaments génériques et à se montrer plus prudents en faisant réaliser des devis ou en privilégiant des soins médicaux en hôpital. Mais c’est avant tout la mutuelle qui subit la plus grosse évolution par rapport à l’an dernier : 15 % ont annulé ou tout du moins attendu avant de contracter ou de renouveler leur mutuelle, soit 5 points de plus qu’en 2013.

"Les résultats montrent bien que l'on sort d'un mirage de la gratuité universelle. Ce n'est pas négatif en soi mais cela laisse place à une multiplication et à un renforcement de toutes les méthodes pour dépenser moins", ajoute Julien Goarant. Une dernière solution, plus marginale mais en augmentation, reste celle des achats à l'étranger. Les sondés sont ainsi 8 % à avoir franchi la frontière française pour se procurer du petit matériel médical (+1 point par rapport à 2012).

Et autant ont acheté, physiquement ou sur Internet, des médicaments dans un autre pays (+3 points). Un phénomène "dont il ne faut pas s'inquiéter outre mesure, sauf lorsqu'il s'agit de produits provenant de pays où les contrôles sanitaires sont beaucoup moins stricts", estime Julien Goarant. Enfin, Un nombre plus faible a privilégié un autre pays que la France pour consulter un spécialiste (4 %, +1 point). Pour allier santé et économies, le tout est de savoir trouver le bon compromis.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter