C'était la plus grave crise sanitaire avant le coronavirus : pourquoi la "grippe espagnole" de 1918 fut-elle aussi mortelle ?

C'était la plus grave crise sanitaire avant le coronavirus : pourquoi la "grippe espagnole" de 1918 fut-elle aussi mortelle ?

HISTOIRE - L’épidémie de coronavirus "qui affecte tous les continents et frappe tous les pays européens est la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle", a déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée. En 1918-1919, les autorités durent faire face à la grippe espagnole. Un simple virus "H1N1" qui fit des millions de victimes en raison du contexte de l'immédiat après-guerre.

La France vit actuellement "la plus grave crise sanitaire" qu'elle ait connue "depuis un siècle", soit depuis la grippe espagnole, a expliqué Emmanuel Macron jeudi lors de son allocution télévisée. En 1918 et 1919, ce virus tua entre 20 et 50 millions de personnes -les bilans les plus pessimistes font même état de 100 millions de morts dans le monde. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Des "surinfections bactériennes qu’un service de réanimation saurait aujourd’hui bien prendre en charge"

Selon les spécialistes, la grippe espagnole n'était qu'un virus grippal "classique", de type H1N1. Mais le contexte de l'époque l'a rendu très virulent, très contagieux et très mortel. "Les chiffres désastreux de 1918-1919 doivent aussi beaucoup à des facteurs indépendants du virus lui-même : sa diffusion à l’échelle du Globe fut dramatiquement accélérée par les mouvements de troupes liés à la guerre ; les décès furent largement dus à des surinfections bactériennes des poumons qu’un service de réanimation saurait aujourd’hui bien prendre en charge. Et l’interaction avec des maladies très présentes à l’époque, comme la tuberculose, a sans doute pesé dans la balance", écrit le maître de conférences en histoire des sciences Guillaume Lachenal dans un article publié sur le site vie-publique.fr

Entre 210.000 et 408.000 morts en France

"En France, l’épidémie est repérée au printemps de 1918, dans des contingents de la 3e armée, près de Compiègne", continue l'historien. Selon lui, "une première vague sa propage à travers tout le pays, puis l’épidémie semble sur le recul. Mais une deuxième vague frappe avec une violence surprenante à partir d’août 1918, et une mortalité exceptionnellement élevée ; elle connaît son pic en octobre. En 1919, une troisième vague accompagne la démobilisation." Selon les estimations, entre 210.000 et 408.000 personnes ont été tuées en France, parmi lesquels Guillaume Apollinaire et Edmond Rostand. Cela reste moins que le nombre de soldats morts pour le pays, mais dans le monde la grippe espagnole aurait fait autant de décès que sur le front.

Le nombre de morts était caché par la censure, pour ne pas perturber les opérations militaires. Sauf en Espagne, pays neutre. C'est parce qu'elle a été la première à en parler que les Français ont donné au virus le nom de "grippe espagnole". Car malgré son nom, cette grippe n'avait rien d'espagnol. Le Larousse rappelle que le virus "semble être né en Chine en 1915 puis être arrivé aux États-Unis dès 1916 avec les immigrants avant d’y acquérir une virulence extrême. Les premiers cas sont signalés en mars 1918 dans des bases militaires du Kansas, et la grippe gagne rapidement tout le continent." Les troupes américaines débarquant sur le continent européen pour participer à la Première Guerre mondiale répandent la grippe espagnole sur le continent.

Une grippe et déjà des "fake news"

Seule similitude avec l'épidémie de coronavirus : déjà à l'époque, les bons conseils - peu fiables voire totalement faux - pour lutter contre la grippe se refilaient sous le manteaux. Comme l'a repéré le Huffington Post, un journal écrivait par exemple en 1918 de pratiquer des "gargarismes et aspirations nasales d’eau chaude additionnée de quelques gouttes d’eau oxygénée ou d’eau de Javel, ou encore de s'appliquer à l'intérieur du nez de la "vaseline au menthol".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Covid-19 : les réanimations à nouveau en hausse, avec 5769 patients en soins critiques

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

EN DIRECT - Mort de Philip : "Notre père nous manque énormément", confie le prince Charles

Lire et commenter