Cancer colorectal : une prise de sang pour choisir le bon traitement

Cancer colorectal : une prise de sang pour choisir le bon traitement

DirectLCI
MEDECINE - Une équipe française de scientifiques a mis au point un test sanguin permettant d’identifier l’ADN issus de cellules cancéreuses qui circule dans le sang. En fonction du résultat, la thérapie sera différente.

Une simple prise de sang permettra-t-elle bientôt de sélectionner les patients pouvant bénéficier d’une thérapie ciblée anticancéreuse ? C’est ce qu’espèrent des chercheurs de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) qui viennent de démontrer l’efficacité d’un test sanguin qu’ils ont développé. Ce dernier a la particularité de déceler précisément dans le sang de patients souffrant d'un cancer colorectal l’existence de mutations prédictives du succès ou de l’échec d'un traitement spécifique.

Généralement, les malades atteints par ce genre de pathologie sont soumis à de la chimiothérapie pendant plusieurs mois. Mais certains patients bénéficient plutôt d'une thérapie plus ciblée car l'ADN de leurs cellules cancéreuses présente des mutations particulières. Ces mutations sont recherchées de façon systématique avant d’administrer ce type de traitements, moins toxiques que la chimiothérapie. Pour cela, il faut analyser une petite partie de la tumeur primaire, après une ablation chirurgicale.

La réponse se trouve dans l'ADN


Mais cette technique est invasive et les résultats nécessitent au moins dix jours. Pour contourner cet obstacle, les chercheurs ont misé sur un autre moyen d'avoir la réponse : l'ADN des cellules cancéreuses se retrouve dans la circulation sanguine. "Les personnes atteintes d’un cancer possèdent dans leur sang une concentration importante d’ADN libéré par les cellules cancéreuses, explique Alain Thierry, principal auteur de l'étude. Grâce à des techniques sensibles, cet ADN peut être récupéré via une simple prise de sang".

Ils ont ainsi développé un test sanguin nommé "Intplex", qui permet de détecter des mutations à partir de ces ADN circulants dans le sang. Il permet notamment de détecter la présence de mutations qui affectent deux gènes précis. Si c'est le cas, cela voudra dire que la thérapie ciblée n'aura aucune chance de fonctionner. Les chercheurs ont testé leur dispositif chez 106 patients atteints de ce cancer, en le comparant à la technique d’analyse classique (à partir d’échantillon tissulaire de la tumeur primaire).

Un résultat en à peine deux jours

Un essai couronné de succès. "Il s’agit d’une révolution clinique, estime Alain Thierry. Ce test très sensible met en évidence, efficacement et à moindre coût, des mutations utiles à la stratégie thérapeutique, et ce en à peine deux jours et de façon non invasive. En outre, il peut être renouvelé régulièrement pour dépister l’apparition d’une nouvelle mutation en cours de traitement". Forts de ces résultats, les chercheurs espèrent voir leur test supplanter la technique d’analyse actuelle.

Une étude est en cours pour apporter la preuve du bénéfice clinique et financier à utiliser ce test. Ensuite, Intplex sera présenté lors du prochain congrès américain de cancérologie (ASCO). "L’objectif est de franchir une nouvelle étape vers la personnalisation du traitement des patients atteints de cancer", conclut Alain Thierry. Ce test est d’autant plus prometteur qu’il peut être adapté à tous les types de mutations et donc à tous les types de cancers.

Plus d'articles

Sur le même sujet