Cancer : comment survivre à la mort de son enfant

Cancer : comment survivre à la mort de son enfant

DirectLCI
DEUIL – Dimanche 15 février, c'est la journée mondiale du cancer de l'enfant. Aussi difficile soit cette épreuve, les parents qui perdent un enfant ne doivent pas se croire seuls.

Le cancer chez l'enfant est une maladie rare. Les traitements actuels permettent de guérir quatre enfant sur cinq. Toutefois, la leucémie, les tumeurs cérébrales et les lymphomes restent la deuxième cause de mortalité de 1 à 14 ans et la troisième pour les 15-18 ans. "C'est une étape difficile pour les parents, c'est une évidence, mais il y a une vie possible après", souligne auprès de metronews Lucie C. de l'association Apprivoiser l'absence .

Les parents vont avoir tendance à s'isoler, ils ont "le sentiment de ne plus être dans le mouvement général de la société", explique-t-elle. "Nos amis vont chercher leurs enfants à l'école, plus nous." Le décès de son enfant oblige à se réapproprier sa vie et son quartier : "Dans les premiers temps, tout devient insupportable." La maison, la sortie de l'école, les publicités pour les couches pour bébé, tout peut raviver la douleur de l'absence.

Prendre soin de soi et être entouré

"On ne peut pas retrouver le projet de vie antérieur au décès de son enfant." Le premier conseil de cette membre d'Apprivoiser l'absence : "Accepter de prendre soin de soi, ce qui semble difficilement concevable puisque l'on se dit que l'on n'a pas su prendre soin de son enfant." Soyez à l'écoute de vos besoins, notamment de votre fatigue. Ainsi, pour certains parents, "retourner au travail à toute allure les sauve tandis que, pour d'autres, c'est inenvisageable". Idem : "Si vous ne supportez plus de voir la photo de votre enfant, ne vous l'imposez pas."

Autre point important : "Rendez-vous compte que vous n'êtes pas seul au monde à vivre ça. D'autres parents ont survécu. Ce n'est pas qu'ils ont oublié leur enfant décédé mais ils retrouvent une autre normalité, une vie où il y a de la joie." Lucie C. conseille ainsi de se rapprocher de parents qui ont vécu ce drame. Avec eux, "il suffit de quelques mots pour se comprendre". Pour ceux qui sont tétanisés à l'approche de l'anniversaire du décès de leur enfant, ils verront que d'autres peuvent s'en sortir.

EN SAVOIR +
>> Cancer de l'enfant : comment en parler avec lui ?
>> Ingrid Chauvin publie une lettre poignante après la mort de son bébé

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter