Cancer de l’estomac et de l’œsophage : et si un simple test d’haleine permettait de les déceler ?

Cancer de l’estomac et de l’œsophage : et si un simple test d’haleine permettait de les déceler ?

DIAGNOSTIC PRÉCOCE – Comme les symptômes se déclarent souvent très tard, les cancers des voies digestives sont difficiles à traiter. Pour améliorer le pronostic vital des patients, des scientifiques britanniques ont développé un test qui permet de détecter la maladie en une expiration.

Inspirez, expirez ! Sans passer par la case "endoscopie", une technique invasive susceptible d’en rebuter plus d’un, vous pourrez bientôt savoir si vous êtes atteint d’un cancer de l’estomac ou de l’œsophage grâce à un simple test d’haleine. Douleurs, nausées… les symptômes de la maladie se déclarent souvent très tard, retardant ainsi le diagnostic et le suivi d’un traitement adéquat. Conséquence, seulement 15 % des patients sont encore en vie 5 ans après l’identification du cancer. 

Les scientifiques ont donc réfléchi à une méthode alternative à mettre au point, en s’inspirant des chiens détecteurs de cancer. Les résultats de leurs travaux, très prometteurs, ont été présentés lors du Congrès européen de cancérologie qui se tenait à Amsterdam jusqu’au 30 janvier.

Les composés organiques volatils, signature du cancer

Le projet part d’un constat : les composés organiques volatils (COV) retrouvés dans  l’haleine d’un patient ne sont pas les mêmes que ceux d’une personne saine. Dans un premier temps, les scientifiques de l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni) et du Karolinska Institutet (Suède) ont voulu identifier lesquels. Grâce à une technique de spectrométrie de masse, ils ont ainsi passé au crible les échantillons d’haleine de 335 patients, dont 163 avaient un cancer des voies digestives.

Lire aussi

Verdict : parmi les 5 composants chimiques observés, 4 font de la signature chimique du cancer. "Notre étude suggère que nous pourrions bien détecter ces différences, et donc utiliser un simple test d’haleine qui indiquerait quels patients sont susceptibles d’être atteints par un cancer de l’estomac ou de l’œsophage", se félicite le Dr Sheraz Markar qui a participé aux travaux. 

Mais avant d’en arriver là, les chercheurs doivent réitérer l’expérience à plus grande échelle. Si elle s’avère tout aussi concluante, le tout premier test d’haleine pourrait voir le jour d’ici trois ans. La méthode pourrait ensuite être élargie à d’autres types de cancers comme celui du pancréas. 

Lire aussi

En vidéo

Des chiens capables de détecter des porteurs de cancer de la prostate ou du sein

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le variant Omicron présente "un risque très élevé" au niveau mondial, selon l'OMS

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Manche : quand les Anglais assistent, consternés, à l'arrivée de centaines de migrants sur leurs côtes

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.