Cancer de la peau : un "Mélanome Day" pour se faire dépister gratuitement

SANTE - Le 22 mai, le Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues (SNDV) organise des consultations gratuites à l'occasion d'une journée nationale de prévention destinée à rappeler au public l'importance d'un dépistage précoce des cancers de la peau et à sensibiliser sur les risques d'une exposition au soleil.

L'été arrive et la tentation de se prélasser au soleil avec. Mais avant cela, prenez le temps de vous faire dépister à l'occasion de la "Journée Nationale de Prévention et de dépistage des cancers de la peau", organisée par le Syndicat National des Dermatologues-Vénéréologues (SNDV) avec le soutien de l’Institut national du cancer (INCa). Le 22 mai, des centaines de dermatologues assurent dans des centres dédiés des consultations gratuites à la recherche d’éventuelles lésions cutanées. Car plus un cancer de la peau est détecté précocement, plus il sera facile à traiter avec une simple intervention chirurgicale.

Il existe plusieurs types de cancers de la peau : les carcinomes, qui représentent 90 % des cas et le mélanome, plus grave et moins courant mais dont la fréquence augmente en Europe. En France, on estimait à 9 780 le nombre de nouveaux cas de mélanome cutané en 2011, un chiffre qui a plus que triplé entre 1980 et 2005. "Les cancers de la peau ne peuvent pas être "dépistés" au sens strict puisqu'on ne peut pas les identifier avant l'apparition de symptômes. Mais il est possible de les détecter via un examen visuel de la peau, pratiqué en général par le dermatologue", précise l'INCa.

Des personnes plus à risque que d'autres

Outre l'importance d'une détection précoce, cette journée donne l'occasion de rappeler les messages de prévention. "Ce dépistage est important en raison de la mode du bronzage, très délétère, explique à metronews le Dr Claudine Blanchet-Bardon, à l'origine de cette journée nationale. La fréquence de mélanome augmente à cause du vieillissement de population, des personnes qui s'exposaient déjà il y a une trentaine d'années. D'autre part, il faut proscrire les cabines UV et leurs publicités mensongères : elles n'ont jamais préparé la peau au soleil car elles ne délivrent que des UVA".

Si tout le monde peut développer un cancer de la peau, le syndicat s'adresse particulièrement aux personnes à risque comme celles ayant une peau, des cheveux, des yeux de couleur claire et/ou de nombreuses taches de rousseurs ou grains de beauté. "Les agriculteurs, ouvriers ou les sportifs sont aussi concernés car ils sont exposés malgré eux et oublient de se protéger", ajoute le Dr Blanchet-Bardon. Selon le ministère des Affaires sociales, 80 000 cancers de la peau, tout type confondu, sont signalés chaque année dans l'Hexagone ce qui en fait l'un des cancers les plus fréquents.

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas en 24h, la pression hospitalière s'accentue

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter