Cancer du sein : la recherche avance, l'espoir est là !

Cancer du sein : la recherche avance, l'espoir est là !

OCTOBRE ROSE – Ce mois-ci, pouvoirs publics, hôpitaux, associations se mobilisent pour une même cause : la lutte contre le cancer du sein. Le but est de sensibiliser les femmes à cette maladie. L'occasion de revenir avec le médecin généticien, Olivier Caron, sur les progrès de la recherche.

C'est un mot qui fait peur. Le cancer est une maladie qui touche toutes les catégories de la population et qui recouvre des réalités très différentes selon les cas. Comme chaque année, Octobre Rose* met la lumière sur le cancer du sein. Une pathologie qui touche chaque année, en France, 48.000 femmes.

Halte aux idées reçues
Le cancer du sein, toutes les femmes ont une idée de ce que c'est mais elle est souvent très éloignée de la réalité. "La croyance la plus répandue et la plus erronée est de penser que tous les cancers se valent, explique à metronews le docteur Olivier Caron, médecin généticien à l'Institut Gustave Roussy de Villejuif. Non seulement un cancer du sein n'a rien à voir avec un cancer du colon par exemple, mais deux cancers du sein ne seront jamais les mêmes." Chaque cas est individuel. Le degré de gravité de la maladie dépend, entre autres, du stade d'avancement d'une personne à l'autre, et de fait, les traitements seront différents selon chaque cas. Il convient donc de ne pas "plaquer" des comparaisons. Nous sommes toutes différentes.

"Le cancer est comme une recette de cuisine : ses trois ingrédients principaux sont l'environnement, la génétique et le hasard, poursuit le docteur Caron." Si l'on connaît encore mal l'incidence du facteur environnemental sur le cancer du sein, respecter les préconisations en matière de  prévention du cancer en général (alimentation, sport, arrêt du tabac etc.) permet de garder une bonne hygiène de vie et de mettre toutes les chances de son côté.

L'importance du dépistage
On ne le dira jamais assez, le dépistage est primordial. L'examen de référence reste la mammographie pour les femmes de 50 à 74 ans, (bientôt étendu à d'autres femmes particulièrement à risques). "La mammographie est très importante, mais il ne faut pas négliger non plus la palpation, souligne le Docteur Caron. Effectuée chaque année chez son gynécologue cet examen est très efficace. 

EN SAVOIR + >> Cancer du sein : la mammographie remboursée aux femmes à "risques élevés"

L'autopalpation sur une base mensuelle peut-elle aussi être intéressante mais elle peut être anxiogène pour certaines femmes. Dans ce cas, la visite chez le médecin fera l'affaire." Attention, une boule suspecte ne fait pas forcément mal ! Diagnostiqué à temps un cancer du sein est guéri dans 9 cas sur 10. On ne le répétera jamais assez : le dépistage sauve des vies !

EN SAVOIR + >>  Cancer du sein : 3 conseils pour vous dépister vous-même

De grandes avancées... et une révolution à venir
Pour le docteur Caron, la principale avancée en matière de traitements reste la personnalisation du suivi : "Le schéma du traitement unique qui correspond à tout le monde est dépassé. Par exemple un cancer du sein pris très tôt ne nécessitera peut-être pas de chimiothérapie. La chirurgie et des rayons suffiront dans certains cas." Et la chirurgie a connu des avancées spectaculaires en matière d'ablation et de reconstruction.

A l'institut Gustave Roussy , justement, une technique de chirurgie révolutionnaire sera bientôt proposée aux patientes dans le cadre d'un essai clinique. L'idée est de ne laisser qu'une seule cicatrice, sous le bras, pour une ablation et une reconstruction mammaire dans la foulée. Cette chirurgie assistée d'un robot est une première mondiale et permettra également de conserver l'aréole de la patiente.

La génétique au secours du dépistage
La question que tout le monde se pose est de savoir si l'on pourra un jour anticiper l'apparition d'un cancer. Si dans environ 10 % des cas la génétique peut apporter des éléments de réponse, elle ne peut en aucun cas fournir un diagnostic certain. "Dans les familles ou plusieurs femmes jeunes ont développé un cancer du sein, rechercher une cause génétique peut aiguiller dans la prévention." En effet, ces patientes sont particulièrement suivies mais même si l'on arrive à isoler le gène défaillant cela ne veut pas forcément dire que la maladie se déclenchera.

La génétique à toutefois le mérite d'aider à identifier des femmes qui devraient être particulièrement surveillées. "En matière de cancer du sein les progrès sont constants et l'espérance de vie augmente encore." L'espoir est en marche, alors en ce mois d'octobre mobilisons-nous !

* Pour aider la recherche, retrouvez toutes les manifestations liées à Octobre Rose, ici .

À LIRE AUSSI
>> Une mammographie tous les deux ans peut vous sauver la vie
>> Après un cancer du sein elle crée une collection de soutiens-gorge sexy

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les États-Unis "profondément préoccupés par la violence dans les rues d'Israël"

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... quel est le profil du fugitif ?

EN DIRECT - Covid-19 : les Américains vaccinés dispensés du port du masque en intérieur

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Double meurtre dans les Cévennes : le père du fugitif l'appelle à se rendre dans un message audio

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.