Cancer : identifier l’ADN de la tumeur pour améliorer les chances de survie du patient

Cancer : identifier l’ADN de la tumeur pour améliorer les chances de survie du patient
Santé
DirectLCI
PRONOSTIC VITAL – Une étude française révèle que les thérapies ciblées, soit le choix du traitement en fonction du profil génétique de la tumeur, permettrait d’améliorer les chances de survie des personnes touchées par un cancer, et ce même à un stade avancé de la maladie.

Chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie… quel traitement est le meilleur pour combattre le cancer ? Pour y répondre, des chercheurs de l’Institut Gustave Roussy (Paris) ont établi une carte génétique des tumeurs cancéreuses les plus fréquentes (poumon, sein, côlon, prostate…). Une "médecine de précision" qui permettrait d’optimiser le choix du traitement et donc, d’améliorer les chances de survie des patients, selon les résultats des travaux publiés dans le journal de l’American Association for Cancer Research

Etablir une carte génétique pour chaque tumeur

Les scientifiques ont ainsi étudié les données de 1035 patients adultes atteints d’un cancer avancé, non opérable ou métastasique (les cellules cancéreuses migrent vers d’autres organes), entre novembre 2011 et mars 2016. Mais malgré le traitement qu’ils suivaient, leurs maladies continuaient de progresser. Grâce à une biopsie de la tumeur (prélèvement de tissus) réalisée sur 948 d’entre eux, ils ont pu établir la carte génétique tumorale de 843 patients. 


Des milliers de gènes analysés plus tard, les chercheurs ont pu trouver le traitement le plus adapté pour certains malades. "Environ un quart des patients a pu recevoir une thérapie ciblée et chez un tiers d'entre eux, elle a augmenté la durée de vie sans progression de la maladie", indique le Pr Jean-Charles Soria qui a participé à cette étude. Au total, 200 patients ont reçu une thérapie ciblée. Ils étaient en majorité atteints d’un cancer digestif (23%), mais aussi du sein (19%) ou du poumon (16%).

Cibler les anomalies

Verdict : pour 33 % des patients (63 sur 193), la thérapie ciblée a permis de freiner l’évolution de la tumeur. "Il s’agissait essentiellement de médicaments en cours d’essai clinique. Très peu ont déjà une autorisation de mise sur le marché", note de son côté le Pr Fabrice André, un autre co-auteur des travaux.


Et comment une telle méthode fonctionne-t-elle ? Un cancer se développe lorsque certaines cellules se multiplient anarchiquement, signe d’un dysfonctionnement au sein même de l’ADN des cellules. C’est à ce moment-là que les thérapies ciblées interviennent et peuvent faire des miracles. Elles viennent bloquer ou corriger ces perturbations en ciblant les anomalies. Si les premiers résultats de cette nouvelle stratégie sont prometteurs, ils devront être confirmés lors d’un second essai. Verdict d’ici 2020. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter