Cancer : pourquoi il faut absolument prévenir son médecin quand on a un tatouage

Cancer : pourquoi il faut absolument prévenir son médecin quand on a un tatouage

DirectLCI
COUAC MÉDICAL - Une Américaine de 32 ans s'est rendue à l'hôpital pour faire surveiller la progression de son cancer. Les médecins lui ont retiré par erreur quarante ganglions.

C'est un séjour à l'hôpital qu’elle se rappellera longtemps. Imaginez que votre médecin vous apprenne que vous avez un cancer du col de l'utérus. Puis imaginez encore que les examens révèlent que celui-ci a déjà atteint les ganglions lymphatiques. Et une fois que vous avez subi l'opération, vous découvrez que ce que les médecins pensaient être des cellules cancéreuses lors des tests n'était en réalité que de l'encre de tatouage.

C'est la malencontreuse histoire qu'a vécue récemment une Américaine de 32 ans dans un hôpital de Californie, à Irvine, aux États-Unis, rapporte aujourd'hui la revue scientifique Obstetrics & Gynecology . "Il est essentiel que les patients tatoués avertissent les médecins avant même le début d'un traitement, pour éviter les méprises de ce genre", prévient le Dr Ramez Eskander, l'oncologue qui a suivi la patiente.

La trentenaire n’avait pas moins de douze tatouages colorés sur les jambes. Or, comme dans la plupart des cas de cancer, un examen par imagerie médicale est réalisé pour surveiller la progression des cellules cancéreuses. Les médecins californiens avaient effectué un test par PET scan : une technique qui consiste à injecter dans le corps du FDG, un produit légèrement radioactif (disparaissant de l'organisme au bout de deux heures) qui permet de repérer une éventuelle présence de tumeurs ou de métastases.

Le pigment de l'encre des tatouages avait migré vers l'abdomen

C'est là que les médecins ont décelé (à tort) deux zones d'environ deux centimètres de diamètre de chaque côté du bas-ventre de la patiente, à proximité de l'os iliaque. Ce qui a convaincu l'équipe médicale de procéder à l'ablation d'environ quarante ganglions lymphatiques (là où votre corps cultive vos défenses immunitaires). En réalité, le pigment de l'encre des tatouages avait simplement migré en direction des régions inférieures de l'abdomen. Faussant ainsi le diagnostic des médecins.

"Dans le cas de tatouages permanents, les pigments colorés peuvent migrer via les vaisseaux lymphatiques jusque dans les ganglions, précise l'oncologue. Même après un détatouage au laser, les pigments peuvent subsister en profondeur." Par chance, le retrait des ganglions lymphatiques n'a pas eu de conséquences sur la santé de la jeune femme.

À LIRE AUSSI 
>> Tatouages : 5 choses à savoir avant de sauter le pas
>> Est-il dangereux de se faire tatouer quand on allaite son bébé ?
>>  3 choses à savoir avant de vous exposer au soleil

>> Un tatouage qui s'illumine quand vous avez trop bu

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter