L'Assemblée nationale autorise l'expérimentation du cannabis thérapeutique

Santé

THERAPIE - Les députés ont voté à main levée, vendredi 25 octobre, en faveur d'un amendement du député LaRem Olivier Véran, autorisant l'expérimentation sur 3000 personnes du cannabis thérapeutique.

La France ferait-elle, bon an, mal an, son chemin vers la dépénalisation du cannabis ? L'Assemblée nationale a, en tout cas, donné son feu vert, vendredi 25 octobre, à une expérimentation de l'usage médical de la célèbre herbe, dans le cadre de l'examen du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2020.

Lire aussi

"Ce n'est pas le Graal [...] mais un nouveau traitement adjuvant"

Les députés ont voté à main levée un amendement du rapporteur Olivier Véran (LaRem) qui autorise pour deux ans cette expérimentation, à laquelle l'agence du médicament (ANSM) avait déjà donné son aval. "Elle [...] visera à expérimenter l'impact positif des dérivés du cannabis sur certaines pathologies", a souligné le neurologue, élu de l'Isère. Qui a toutefois prévenu : "Ce n'est pas le Graal de l'anti-douleur, il ne s'agit pas de développer un nouveau médicament qui remplacerait le paracétamol ou un autre antalgique mais de trouver le moyen d'un nouveau traitement adjuvant.

Pas question, en tous les cas, d'autoriser la consommation de joints à tous les Français. Cette expérimentation concernera 3000 personnes, souffrant de maladies graves, parmi lesquelles on trouve certaines formes d'épilepsies, de douleurs neuropathiques, d'effets secondaires de chimiothérapie, de soins palliatifs ou de contractions musculaires incontrôlées de scléroses en plaques. Et que le cannabis, sous forme de glaçon, de gélule, d'huile, de fleur séchée à faire infuser, permettrait de soulager.

Expérimentation souhaitée "début 2020"

 "L'agence du médicament va pouvoir monter le protocole thérapeutique qui va permettre à des milliers de malades de pouvoir être soulagés, je l'espère, par l'usage de cannabis dans les hôpitaux, et puis en suite, dans les pharmacies", a souligné au micro de LCI Olivier Véran, depuis la salle des Quatre Colonnes, où il savourait le succès de cette proposition. "C'est une très belle avancée. C'est un vote unanime, c'est un beau symbole, pour les malades".

Cette expérimentation doit permettre à la France de rejoindre les "17 pays de l'Union européenne" ayant déjà autorisé "des traitements à base de cannabis médical. La secrétaire d'Etat Christelle Dubos a de son côté souhaité "vivement que cette expérimentation puisse débuter au cours du premier semestre 2020".

Elle sera menée dans plusieurs centres hospitaliers, en particulier des centres de référence pour les pathologies concernées. Une prescription initiale hospitalière sera effectuée par un médecin spécialiste, neurologue ou médecin de la douleur notamment. Des professionnels qui devront être volontaires et avoir suivi une formation sur le sujet. Préalablement, les patients devront s'être fournis en pharmacie hospitalière, avant de renouveler leurs traitements en pharmacie de ville.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter