Cœur artificiel : en 2013, 75 patients en attente de greffe cardiaque sont morts

Santé
GREFFE – Cinq mois après son opération, le deuxième patient à avoir bénéficié de la technologie Carmat est retourné à son domicile. Une prothèse qui permettra, à terme, de sauver chaque année la vie de centaines de patients en France.

Ce serait la solution contre la pénurie d'organes . Un cœur artificiel Carmat a été implanté à un homme de 68 ans le 5 août 2014 et ce patient "a pu rentrer chez lui" et "se porte bien", a-t-on appris ce 19 janvier. En 2013, 870 patients ayant besoin d'une greffe de cœur étaient inscrits sur la liste nationale d'attente . Et seules 410 greffes ont été pratiquées. Soit deux candidats pour un greffon utilisable.

Un accès à la greffe vital

Le cœur Carmat vise à "offrir une alternative thérapeutique aux malades souffrant d'insuffisance cardiaque terminale". Cette affection est le résultat de lésions cardiaques, parmi lesquelles on distingue les cardiomyopathies, explique sur son site la Fédération française de cardiologie . Pour l'heure, elle est souvent fatale. "Près de la moitié des patients décèdent dans l'année qui suit la première hospitalisation", rappelle Carmat.

À LIRE AUSSI >> Cœur artificiel Carmat : huit mois après, le 2e greffé se "sent revivre"  

Les patients souffrant d'insuffisance cardiaque terminale qui sont en attente de greffe sont considérés comme des "super-urgences", parce que l'accès à la greffe leur est vital. Un patient sans priorité peut attendre un an et demi pour recevoir un cœur. Pour les "super-urgences", tout est mis en œuvre pour réduire ce délai à une dizaine de jours. Mais ces efforts ne suffisent pas toujours : en 2013, 75 patients sont morts faute de greffe de cœur .

EN SAVOIR +
>> Âgé de 68 ans, le patient qui a reçu un cœur artificiel mène "une vie normale"
>> Don d'organes : mode d'emploi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter